Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 12:39

Etats-Unis Fonds participatif pour la défense d'Assange

Le «Support Julian Assange Defense Fund» sera alimenté par des dons individuels pour la défense du personnel de WikiLeaks.

Une manifestation de soutien à Julian Assange devant l'ambassade d'Equateur à Londres. (20 décembre 2018)

Une manifestation de soutien à Julian Assange devant l'ambassade d'Equateur à Londres. (20 décembre 2018) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une campagne de financement participatif pour la défense du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été lancée jeudi par la fondation américaine Courage. Le but de cette récolte de fonds est de défendre des lanceurs d'alertes du site internet.

Créé sur la plate-forme de financement participatif GoFundMe, le «Support Julian Assange Defense Fund» sera alimenté par des dons individuels qui «iront uniquement à la défense du personnel de WikiLeaks», selon un communiqué de Courage transmis à l'AFP.

L'initiative survient alors que Julian Assange pourrait être expulsé de l'ambassade équatorienne à Londres, où il s'était réfugié en 2012 pour échapper à une extradition vers la Suède, à la suite de poursuites pour viol et agression sexuelle depuis abandonnées.

«La situation de Julien Assange dans l'ambassade (...) est de plus en plus précaire, à tel point que son expulsion et son arrestation peuvent être imminentes», souligne Courage. «L'expulsion de M. Assange lui ferait immédiatement risquer l'extradition du Royaume-Uni vers les États-Unis, où il risque la prison à vie».

Poursuivi en Grande-Bretagne

Au début décembre, le président équatorien Lenin Moreno avait annoncé que les conditions étaient «réunies» pour que l'Australien de 47 ans quitte l'ambassade en «quasi-liberté», puisqu'il est encore poursuivi par la justice britannique pour avoir enfreint les termes de liberté conditionnelle auxquels il était soumis.

Les autorités équatoriennes et britanniques travaillent depuis plusieurs mois à un accord pour l'expulsion de M. Assange de l'ambassade et son jugement au Royaume-Uni. L'Australien craint toutefois toujours d'être extradé vers les États-Unis après la révélation involontaire d'une inculpation américaine à son encontre en novembre.

M. Assange était devenu célèbre en 2010, avec la publication par WikiLeaks de milliers de documents confidentiels du Département d'État américain et du Pentagone, repris dans les médias du monde entier. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2019, 00h35

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.