Mercredi 23 août 2017 | Dernière mise à jour 07:45

Dramatique Foudroyée au Cervin, elle émeut l'Amérique

Une mère de famille américaine est décédée en pleine grimpe, dimanche. Une tragédie qui survient un an après la mort de son mari et qui laisse ses deux jeunes fils orphelins. Depuis l’annonce de la triste nouvelle, les hommages affluent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mariée en 1999 à Rob Ramsay, un joueur professionnel de baseball, Samantha a dû soutenir son époux dès 2000, lorsque les médecins lui ont diagnostiqué une tumeur au cerveau. Le sportif a finalement succombé à la maladie l’année dernière.

Cela ne devait être qu’une ascension de plus pour Samantha Ramsay, professeure en nutrition à l’Université d’Idaho (États-Unis). Cette sportive aguerrie avait réalisé, il y a à peine plus d’un mois, l’ascension du Kilimandjaro, plus haut sommet d’Afrique, et pensait ne faire qu’une bouchée du Cervin, en Valais.

Deux enfants orphelins

«Encore une journée dans les montagnes», avait-elle écrit joyeusement sur son compte Instagram samedi dernier. Mais c’était compter sans la malchance qui allait lui tomber dessus, lorsqu’elle a soudainement été foudroyée en pleine ascension, le lendemain. Si son partenaire d’escapade, grièvement brûlé, a réussi à s’en tirer, la mère de famille a finalement succombé à ses blessures. Arrivées six heures après l’accident à cause des mauvaises conditions météorologiques, les équipes de sauvetage n’ont pu que constater son décès.

Aspect particulièrement tragique de sa mort, l’Américaine de 41 ans laisse deux jeunes fils âgés de 9 et de 12 ans derrière elle. Ces derniers sont désormais orphelins, puisque leur père Rob Ramsay, un joueur professionnel de baseball, est mort d’une tumeur au cerveau en août 2016. «Je n’arrive pas à y croire, écrit une de ses amies sur les réseaux sociaux. Elle était pleine de vie et d’inspiration. C’était une personne unique et passionnée par son travail et par sa famille. Ses pauvres enfants!» Une autre renchérit: «Elle était si pétillante. Je n’ai jamais achevé une conversation avec Samantha sans un sourire.» Ou encore: «Son mari étant mort l’année passée, ses deux garçons sont désormais sans parents. C’est tellement triste. J’envoie mes prières à toute la famille.»

À l’Université de l’agriculture et des sciences de la vie, où elle enseignait, les hommages affluent également à la suite de l’annonce de cette triste nouvelle. «Il s’agit d’une véritable perte pour la communauté. Comme beaucoup d’autres, elle m’a profondément marqué, s’attriste une ancienne collègue. C’était un plaisir de travailler avec elle. Elle va manquer à beaucoup de monde.» Des louanges réitérées par de nombreux confrères. «Elle est la principale raison pour laquelle je suis devenue nutritionniste. Elle était une telle inspiration pour ses élèves.»

Événement rare

Bien qu’étant une des premières causes de décès dus aux catastrophes naturelles, la mort par la foudre ne survient que rarement. Aux États-Unis, 39 cas ont été recensés en 2016, contre 27 l’année précédente. En Suisse, seules 164 victimes ont été comptabilisées en 70 ans. Au total, quelque 240 000 personnes sont blessées par ce phénomène dans le monde chaque année. Entre 6000 et 24 000 cas seraient suivis de décès. (Le Matin)

Créé: 03.08.2017, 06h46


Sondage

Faut-il supprimer les places de parc gratuites pour libérer les centres-villes des voitures?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.