Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 18:28

Médias Greta Thunberg, personnalité de l'année du «Time»

La jeune militante du climat Greta Thunberg a été désignée personnalité de l'année 2019 par le magazine «Time».

La Suédoise de 16 ans est devenue l'égérie de la lutte contre le changement climatique à travers la planète.
Vidéo: DR/capture écran Time

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le magazine «Time» célèbre la jeune militante écologiste Greta Thunberg, qui la met à sa une avec le titre «Le pouvoir de la jeunesse».

La Suédoise de 16 ans, devenue l'égérie de la lutte contre le changement climatique à travers la planète, est ainsi la plus jeune lauréate de cette distinction, décernée depuis 1927 par le magazine américain.

Greta Thunberg, qui a commencé à l'été 2018 à manifester seule pour le climat tous les vendredis devant le parlement suédois, a depuis rallié des millions de partisans à sa cause.

Ils ont fait une démonstration de force en septembre avec des millions de personnes dans les rues de villes du monde entier, juste avant un sommet de l'ONU sur le climat.

Lors de ce sommet, l'adolescente était intervenue à la tribune de l'ONU avec un discours cinglant dénonçant l'inaction des puissants de la planète face au changement climatique, martelant son discours de «Comment osez-vous?» accusateurs.

Devant Trump

Régulièrement citée parmi les favoris pour le Prix Nobel de la paix, elle n'avait finalement pas été retenue.

Greta Thunberg, qui était ces derniers jours à la conférence sur le climat à Madrid, a été sélectionnée par «Time» devant cinq autres finalistes: Donald Trump, la chef des démocrates au Congrès américain, Nancy Pelosi, la star de l'équipe des Etats-Unis féminine de football, Megan Rapinoe, l'agent de la CIA qui a averti du coup de téléphone entre Donald Trump et le président ukrainien, à l'origine de procédure en destitution du président, et les manifestants prodémocratie de Hong Kong.

En 2018, c'est le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, qui avait été désigné à titre posthume, avec plusieurs autres journalistes symbolisant la quête de la vérité et les risques qu'ils prennent pour l'obtenir.

En 2017, la distinction avait également été remise à titre collectif, aux personnes qui avaient «brisé le silence» face aux agressions sexuelles, déclenchant le mouvement #MeToo à travers le monde. (afp/nxp)

Créé: 11.12.2019, 14h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.