Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 09:07

États-Unis Jimmy Carter: les «injustices raciales» sapent la démocratie

L'ex-président américain s'est à son tour exprimé, mercredi, sur le problème du racisme dans le pays, à la suite de la mort de George Floyd.

Jimmy Carter le 3 novembre 2019 en Géorgie.

Jimmy Carter le 3 novembre 2019 en Géorgie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après la mort de George Floyd, l'ancien président américain Jimmy Carter a dénoncé mercredi «les injustices raciales tragiques» et les actes de «cruauté pure et simple» qui «sapent» la démocratie américaine.

L'ex-président démocrate (1977-1981) s'est dit, dans un communiqué, être avec son épouse, «consternés par les injustices raciales tragiques». «Nous sommes de tout coeur avec les familles des victimes et tous ceux qui se sentent désespérés face à la discrimination raciale omniprésente et la cruauté pure et simple», a écrit Jimmy Carter, 95 ans.

«Les gens en position de pouvoir, de privilège et de conscience morale doivent résister et dire ça suffit à une police et un système judiciaire qui discriminent, aux inégalités économiques immorales entre les Blancs et les Noirs, ainsi qu'aux actions publiques qui sapent notre démocratie unie». «Nous avons besoin d'un gouvernement aussi bon que son peuple, et nous valons mieux que cela», a-t-il ajouté.

La violence «n'est pas la solution»

Après plus d'une semaine de manifestations pour dénoncer la mort à 46 ans de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc le 25 mai, qui ont parfois dégénéré en émeutes, il a souligné que «la violence, spontanée ou sciemment incitée, n'est pas la solution».

Ancien gouverneur de Géorgie, un État du Sud américain marqué par son passé esclavagiste et la ségrégation raciale, il rappelle y avoir déclaré à son arrivé au pouvoir en 1971: «L'époque de la discrimination raciale est terminée». «Avec grande peine et déception, je répète ces mots aujourd'hui, près de cinq décennies plus tard», a-t-il confié. (afp/nxp)

Créé: 04.06.2020, 00h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.