Jeudi 17 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:53

Sexe, drogue et informatique John McAfee, l'anti-Steve Jobs

La cavale du pionnier des logiciels antivirus a pris fin mercredi. Suspecté du meurtre de son voisin, il sera entendu sous peu par le Belize. Mais qui est donc ce millionnaire de génie, junkie, lubrique et paranoïaque?

Google Map

La cavale

Querelle. Tout a commencé par une querelle de voisinage. Gregory Faull et John McAfee habitent l’un à côté de l’autre sur Ambergris Caye, la plus grande île du Belize.

Plainte. Gregory porte plainte contre John, car John adopte depuis un certain temps un comportement étrange et tire avec des armes à feu près de chez lui.

Chiens. Cerise sur le gâteau: les nombreux chiens de John importunent Gregory. Quatre d'entre eux ont d'ailleurs été mystérieusement empoisonnés, selon la police.

Un cadavre. Le 11 novembre, Gregory Faull est retrouvé mort dans sa villa d'une balle dans la tête.

Fuite. La police souhaite interroger John McAfee sur ce meurtre, mais il est introuvable. Il aurait fui avec sa petite amie âgée de 20 ans. Sur son blog, McAfee justifie sa cavale, parlant d’une police et d’autorités corrompues.

Interpellation. La police guatémaltèque le place en détention mercredi pour entrée illégale sur son territoire. Le Guatemala lui refuse l’asile politique. McAfee sera remis aux autorités du Belize pour qu’il puisse être interrogé sur le meurtre de Grégory Faull.

Hospitalisation. John McAfee est hospitalisé jeudi pour «problèmes cardiaques». Il ressort quelques heures plus tard et replacé dans les locaux des services de l'Immigration de Guatemala city.

Précédent. En avril dernier, la police du Belize avait pénétré de force chez lui pour tenter de débusquer des preuves de trafic de drogue. Elle a découvert vingt mille dollars en cash, un laboratoire et du matériel de chimie, sept fusils à pompe et un fusil à un coup. Elle l’a aussi surpris en compagnie d'une Brésilienne de 17 ans. Le laboratoire était lié a ses recherches sur une bactérie. Les armes avaient toutes un permis. Tout était légal.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les génies de l’informatique ne sont pas tous de sympathiques matheux à lunettes. La preuve avec John McAfee.

Quand d’autres développent des gadgets révolutionnaires ou créent des fondations de charité, John Mc Afee, lui, teste de nouvelles drogues et enchaîne les très jeunes conquêtes. Il pratique aussi le yoga et «l’Aerotrekking», un sport de voltige à haut risque.

Connu pour avoir lancé le célèbre logiciel antivirus à son nom, il sera entendu sous peu par la police du Belize pour une affaire de meurtre (lire encadré).

Né en Angleterre en 1945, John McAfee grandit à Salem, dans l’Etat américain de Virginie. Son père est alcoolique et maltraite sa famille. Il finira par se suicider.

John McAfee se découvre très vite un talent pour les mathématiques. Après ses études, il est embauché à la base new-yorkaise de la Nasa, puis dans diverses boîtes informatiques. Hippie, hédoniste et junkie, il multiplie les voyages au Mexique, en Europe et en Inde, à la recherche d’expériences sexuelles, planantes et psychédéliques.

Entrepreneur

Au début des années 1980, il fonde en Californie deux sociétés illustrant la variété de ses intérêts: Interpath, un Software de langues étrangères, et l’American Institute For Safe Sex Practices, qui surfe sur la vague de prévention liée à l’explosion du sida.

C’est en 1987 qu’il lance McAfee Associates, la compagnie de logiciels antivirus qui le rendra riche et célèbre. Il se met alors à une forme de yoga érotique et l’enseigne. Il rédigera de nombreux ouvrages sur le sujet au début des années 1990.

Coup de théâtre: McAfee est contraint de quitter sa propre société en 1994, après avoir faussement affirmé que le virus Michelangelo allait attaquer tous les ordinateurs du monde.

Les malheurs continuent. Touché de plein fouet par la crise des subprimes, sa fortune serait passée de 100 millions de dollars à seulement 4 millions en 2009, selon le New York Times. McAfee quitte donc les Etats-Unis et part s’installer sur une île du Belize. Un pays connu pour ses paysages idylliques, mais aussi pour être un paradis fiscal.

Paranoïa

Sur son île, McAfee se promène souvent armé et accompagné de gardes du corps. Ses voisins le décrivent comme impulsif et instable. Ils voient aussi défiler un va-et-vient de taxis transportant des jeunes femmes de la capitale vers sa villa.

John McAfee se présente toutefois comme un bienfaiteur de l’ile. Ses dons: un bateau pour les garde-côtes et de nouveaux équipements pour la police locale.

Crystal meth

Une enquête a récemment découvert qu’il se cachait sous le pseudonyme «Stuffmonger» sur le site russe Bluelight.ru, dédié à la vente de drogues illégales.

Il y affirme être accro à la MDPV, aussi nommé Crystal meth ou méthamphétamine. Une drogue connue pour décupler les performances sexuelles. Son usage peut toutefois provoquer des crises de paranoïa et des hallucinations. Cette substance a fait d'ailleurs dernièrement parler d’elle à Miami: sous son emprise, un homme a subitement dévoré le visage d’un autre.

Labo suspect

En arrivant sur l'île, le pionnier de l'antivirus s'est officiellement adonné à la microbiologie en fondant un laboratoire chargé d’étudier une bactérie. Son but: développer un antibiotique.

Mais selon plusieurs enquêteurs, John McAfee est soupçonné par les autorités de fabriquer du Crystal meth pour sa consommation personnelle. Voire plus. Un journaliste du site Gizmodo a indiqué que le génie de l’informatique se serait même dernièrement associé à certains gangsters du Belize.

Une descente des forces de police dans sa villa en avril dernier sera chargée de vérifier cette accusation. En vain.

Nouvel Assange

John McAfee a expliqué sa fuite sur son blog, en affirmant être persécuté par les autorités du pays. Il clame son innocence et se compare à Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks.

«Vous allez dire que je suis paranoïaque, mais ils veulent ma mort. Ils essayent de me tuer depuis des mois. Ils veulent me faire taire. Je ne suis pas en bons termes avec le Premier ministre. Je suis juste une épine dans le pied de tout le monde», a-t-il raconté le jour de sa fuite au site Wired.

Il écrivait hier sur son blog que la prison guatémaltèque était plus grande que celle du Belize et avait du bon café. Suite à sa demande, on lui a même amené un ordinateur. Seul problème: personne n’a de crystal pour lui.

Créé: 07.12.2012, 14h44


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.