Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:05

Royaume-Uni Johnson et Hunt en finale pour succéder à May

Les deux derniers candidats pour succéder à la Première ministre Theresa May ont été choisis jeudi.

Brexit: du référendum au report.

Galerie photo

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont trouvé un accord réglant les modalités de leur divorce, ce 17 octobre 2019.

Les dates-clé

22 juin: Débat des deux finalistes devant des membres du Parti conservateur à Birmingham (centre de l'Angleterre), premier d'une série de 16 événements similaires qui seront organisés partout dans le pays.

28 et 29 juin: Sommet du G20 à Osaka, auquel Theresa May, en tant que Première ministre démissionnaire, doit participer.

6-8 juillet: Les bulletins de vote par voie postale sont envoyés aux membres du parti conservateur qui peuvent commencer à voter pour choisir un nouveau chef.

9 juillet: débat télévisé entre Boris Johnson et Jeremy Hunt diffusé sur ITV.

13 juillet: Troisième anniversaire de Theresa May à la tête de l'exécutif britannique.

Semaine du 15 juillet: Dernier débat des finalistes devant des membres du Parti conservateur, à Londres.

Semaine du 22 juillet: Le nom du vainqueur du vote des quelque 160'000 membres du Parti conservateur est annoncé. Theresa May annoncera alors formellement à la reine sa démission et le nouveau chef sera invité à Buckingham palace pour former un gouvernement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n'en reste plus que deux: le chouchou des pro Brexit, Boris Johnson, affrontera le chef de la diplomatie Jeremy Hunt en finale pour succéder à la Première ministre Theresa May le mois prochain.

Lors du dernier tour de vote jeudi après-midi, l'ex-maire de Londres a conforté sa large avance, avec 160 voix sur 313, suivi, loin derrière, par Jeremy Hunt, 77 voix, qui n'a battu que d'un cheveu le 3e candidat, le ministre de l'Environnement Michael Gove, 75 voix, avec un bulletin nul.

Ex-ministre des Affaires étrangères de Theresa May, «BoJo» s'est dit sur Twitter «profondément honoré d'avoir obtenu plus de 50% des suffrages». Il avait déjà survolé les précédents rounds de ce scrutin destiné à désigner le prochain chef du Parti conservateur, à qui reviendront les clefs du 10 Downing Street, mais aussi l'épineux dossier du Brexit, programmé pour le 31 octobre.

Renégocier avec Bruxelles

«Je mesure la responsabilité qui pèse sur mes épaules: montrer à mon parti comment nous pouvons mettre en oeuvre le Brexit sans provoquer une élection», a réagi Jeremy Hunt sur Twitter.

Plus modéré que son rival, Jeremy Hunt compte renégocier l'accord de sortie conclu en novembre avec Bruxelles. Il est disposé à repousser la date du Brexit, fixée au 31 octobre, si les dirigeants européens acceptent de rouvrir les négociations. Mais il est aussi prêt à quitter l'Union européenne sans accord s'ils refusent.

Boris Johnson veut lui que le Royaume-Uni quitte l'UE le 31 octobre, accord renégocié ou pas. Et il menace de ne pas payer la facture du Brexit - un montant évalué entre 40 et 45 milliards d'euros - si l'UE n'accepte pas de meilleures conditions pour son pays.

Campagne nationale

Au cours des prochaines semaines, les finalistes sillonneront le pays pour présenter leur programme aux 160'000 membres du Parti conservateur, qui doivent les départager d'ici la fin juillet. Mais le suspense semble bien mince: pour «la plupart de ses collègues», il est «maintenant presque inévitable que (Boris Johnson) soit le prochain Premier ministre britannique», souligne le quotidien The Guardian.

La mise en oeuvre du Brexit sera la priorité absolue du nouveau chef de l'exécutif, trois ans après le référendum de juin 2016 qui avait vu les Britanniques voter à 52% en faveur de ce divorce historique. Incapable d'y parvenir, Theresa May a démissionné le 7 juin de ses fonctions de chef du Parti conservateur, après trois rejets successifs par les députés de l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles.

Deux personnalités

Dans un pays déboussolé par ces atermoiements, Boris Johnson, 55 ans, joue la carte de sauveur du Brexit, et se dit prêt à ferrailler pour renégocier cet accord, quand bien même Bruxelles a exclu cette éventualité.

Politicien habile et charismatique, il jouit du soutien de nombreux militants de la base du Parti conservateur, qui voient en lui le chef idoine pour remettre le Brexit sur les rails. Et même si ses gaffes à répétition et son discours aux accents populistes agacent ses pairs, beaucoup le considèrent à présent comme un rempart au Parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage, grand vainqueur des élections européennes au Royaume-Uni, et à l'opposition travailliste de Jeremy Corbyn.

Face à Boris Johnson, Jeremy Hunt, se pose en alternative «sérieuse», mettant en avant ses succès d'entrepreneur et sa longue carrière politique. (afp/nxp)

Créé: 20.06.2019, 19h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.