Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 13:30

Sénégal Karim Wade passera une seconde nuit en prison

Le fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, dont la fortune est évaluée à plus d'un milliard d'euros par une cour spéciale qui le soupçonne d'enrichissement illicite, s'apprêtait mardi à passer une seconde nuit en garde à vue.

Karim Wade a une fortune évaluée à plus d'un milliard d'euros.

Karim Wade a une fortune évaluée à plus d'un milliard d'euros. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Arrêté lundi après-midi à Dakar, Karim Wade a été placé en garde à vue peu après dans une gendarmerie de la capitale où il peut être maintenu jusqu'à vendredi, le délai maximum de la garde à vue étant de 96 heures.

Selon la presse locale, six de ses «complices» sont aussi en garde à vue, dont son ancien conseiller en communication, un homme d'affaires, un responsable d'une société aéroportuaire d'assistance au sol et un expert-comptable.

L'arrestation du fils Wade, 44 ans, est intervenue juste après le dépôt par ses avocats de justificatifs de ses avoirs estimés par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) à plus d'un milliard d'euros.

Origine des biens

La CREI, une cour spéciale créée en 1981 par l'ancien président Abdou Diouf (1980-2000) et en sommeil depuis plusieurs années, a été réactivée par Macky Sall après son élection le 25 mars 2012, face à Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans.

Le parquet de la CREI avait donné le 15 mars un délai d'un mois à Karim Wade pour justifier de l'origine de ses biens, après plusieurs auditions par les enquêteurs.

Le patrimoine attribué à Karim Wade, qui, de 2002 à 2012 a été conseiller spécial et «super ministre» de son père, comprend des sociétés, des propriétés immobilières, des comptes en banque selon ses avocats.

«Ingénierie financière»

Alioune Ndao, procureur de la CREI, a précisé mardi devant la presse qu'il avait consulté «pendant deux heures» le dossier présenté lundi par les avocats de Karim Wade sur l'origine de ses biens, ce qui a permis selon le substitut du procureur de la Cour, Antoine Diome, de mettre à jour «une véritable ingénierie financière».

Ce dossier «de 42 pages, le reste étant des documents annexes», contenait «des réponses tant sur la forme que sur le fond», selon lui. «En deux heures, nous nous sommes fait une religion et nous n'avons pas été convaincus par la pertinence de ces réponses», a dit Alioune Ndao.

C'est après avoir pris connaissance du dossier que le procureur a ordonné l'arrestation de Karim Wade. Il reviendra à la commission d'instruction de la CREI de décider de son sort, inculpation, mandat de dépôt ou remise en liberté. (afp/nxp)

Créé: 16.04.2013, 20h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.