Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:30

Maroc «Kiss-in» à Rabat pour soutenir des ados poursuivis

Des dizaines de personnes se sont embrassées à Rabat samedi pour soutenir un couple d'adolescents poursuivis pour avoir posté une photo d'eux en train de s'embrasser.

Des couples ont échangé un «baiser symbolique» samedi à Rabat.

Des couples ont échangé un «baiser symbolique» samedi à Rabat. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques dizaines de personnes dont des couples se sont rassemblées samedi à Rabat, au Maroc, pour un «baiser symbolique» en soutien aux adolescents poursuivis pour avoir posté sur Facebook leurs photos en train de s'embrasser, a constaté un journaliste de l'AFP.

Une quarantaine de personnes, dont une dizaine de couples, se sont donné rendez-vous devant le parlement pour «le baiser symbolique de l'amour», selon Nizar Benamate, un participant interrogé par l'AFP.

Le rassemblement a eu lieu dans le calme face au parlement et certains couples ont commencé à s'embrasser, devant des dizaines de badauds et plusieurs médias marocains et étrangers présents.

Détenus pendant trois jours

La fille et le garçon incriminés, âgés de 14 et 15 ans ainsi que l'ami auteur des clichés avaient été arrêtés le 4 octobre et détenus pendant trois jours dans un centre pour mineurs à Nador, dans le nord-est du royaume.

Leur arrestation avait immédiatement enflammé les participants des réseaux sociaux et les autorités judiciaires de Nador ont dû lundi libérer les trois adolescents, tout en maintenant les poursuites.

«Pour nous le message est passé, c'est un succès. Il y a des couples et des célibataires, et les couples se sont embrassés en public», a déclaré Ibtissam Lachgar, l'une des organisatrices de ce rassemblement. «Notre message est qu'il y a des gens qui défendent l'amour, la liberté d'aimer et de s'embrasser librement. Ces gens-là étaient présents aujourd'hui», a-t-elle ajouté.

«S'embrasser en public est interdit»

Des contre-manifestatnts ont ensuite tenté de mettre un terme au rassemblement en bousculant violemment les couples et en leur lançant les chaises d'une terrasse d'un café.

«On est dans un pays islamique et s'embrasser en public est interdit. Un simple bisou peut mener à autre chose. Ce sont des athées qui agissent contre l'islam», s'est insurgé un contre-manifestant. Le rassemblement s'est ensuite déplacé près du marché aux fleurs, avant de se disperser pacifiquement.

Le procès des jeunes adolescents poursuivis pour «atteinte à la pudeur» s'est ouvert vendredi matin mais a aussitôt été ajourné au 22 novembre, avait annoncé à l'AFP l'avocat des adolescents, Me Monaim Fattahi. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2013, 22h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.