Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 12:02

Chine Kung-fu, sexe et caméra cachée

Scandale au temple Shaolin, où le kung-fu est né. Rumeurs de prostitution et de milliards de dollars planqués à l’étranger.

Image: Imaginechina

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’abbé Shi Yongxin, supérieur du temple Shaolin, dans la province du Henan, se retrouve au cœur d’un scandale où sexe et argent se mélangent. Mais, en vénérable maître de kung-fu, il sait se défendre. Il nie avoir détourné des milliards ou avoir eu un comportement indécent pour un moine bouddhiste. Il a pourtant été accusé par la presse occidentale d’être un dévoyé.

Le premier coup a été asséné par El Periodico . Le journal catalan prétend que l’abbé entretient une maîtresse, étudiante dans une université de Pékin, et a eu un fils avec une autre femme vivant en Allemagne. Le quotidien assure également que les responsables du temple, lieu de naissance du kung-fu, ont eux-mêmes avoué qu’ils soutenaient financièrement cette dernière.

Rumeurs «offensantes»

Un moine du temple a contesté ces allégations dans le quotidien chinois Global Times . «Il est complètement absurde de penser que notre abbé est impliqué dans une relation amoureuse avec une femme, ou même qu’il a des enfants. Ces rumeurs sont offensantes non seulement pour lui mais également pour les autres moines», a affirmé vendredi dernier Yankong, en précisant que près de 300 moines de Shaolin pouvaient témoigner en faveur de leur supérieur.

L’ennui pour Shi est que l’agence de presse nationale chinoise Xinhua l’accable aussi. Elle rapporte que, lors de travaux de rénovation dans le temple, les ouvriers ont trouvé des caméras cachées… dans les chambres à coucher de femmes venues apprendre les rudiments du kung-fu. En outre, l’agence évoque la présence de prostituées qui se rendraient régulièrement au monastère pour le plus grand plaisir de l’abbé.

Poule aux œufs d’or

Mais, là aussi, les subalternes de Shi ont cherché à le protéger. M. Zhang, employé du bureau administratif du temple, parle de «rumeurs» qui pourraient avoir été répandues par des «personnes influentes» et dont les intérêts ont été lésés lorsque l’abbé a refusé de répondre à une offre d’achat, a rapporté China.org. Zhang fait allusion à la volonté d’investisseurs d’acquérir l’antique monastère de Shaolin. Cette institution religieuse est en effet une véritable poule aux œufs d’or. Elle rapporte chaque année près de 24 millions de dollars grâce à la seule vente de tickets d’entrée.

Ces investisseurs, n’arrivant pas à convaincre le supérieur de vendre ce joyau, auraient caché des caméras dans sa chambre afin d’obtenir des vidéos compromettantes dans le but de le faire chanter. Mais les enregistrements auraient été un fiasco, l’abbé n’ayant jamais été surpris dans une position délicate. (Le Matin)

Créé: 21.08.2013, 07h35

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.