Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 19:03

Santé L'ONU appelle à lutter contre le paludisme

L'OMS a appelé jeudi à investir massivement dans la lutte contre le paludisme car les progrès sont au point mort depuis deux ans.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les progrès réalisés dans la lutte contre le paludisme, une maladie qui touche surtout l'Afrique, sont au point mort depuis deux ans, a alerté vendredi l'OMS, qui appelle à investir massivement pour créer notamment un vaccin plus efficace.

«Le monde est à la croisée des chemins. Les progrès historiques réalisés au cours des dernières décennies sont clairement en train de ralentir. Il y a encore chaque année plus de 400'000 morts et 200 millions de cas», a averti le directeur du Programme mondial de lutte antipaludique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Pedro Alonso, lors d'une conférence de presse.

Dans un document publié vendredi et élaboré par un groupe d'experts mandatés par l'OMS, ces derniers soulignent qu'après d'énormes progrès réalisés dans la réduction du nombre de cas et de décès entre 2000 et 2015, les deux dernières années ont été marquées par un enlisement.

Pas en bonne voie

Le monde n'est pas en bonne voie pour atteindre les buts fixés en 2015 pour 2030, à savoir réduire de 90% le nombre de cas de paludisme et les taux de mortalité liés à cette maladie transmise par des moustiques infectés.

Le groupe d'experts estime que 34 milliards de dollars (près de 30,7 milliards d'euros) doivent être investis jusqu'en 2030 pour accélérer la lutte contre le paludisme, en améliorant notamment les systèmes de santé et de surveillance du paludisme, et en développant de nouveaux outils pour lutter plus efficacement contre la maladie, comme les vaccins. Pedro Alonso a ainsi expliqué que le vaccin actuel n'était efficace qu'à 40%.

Il ressort des analyses du groupe d'experts que la mise en oeuvre à plus grande échelle des interventions actuelles contre le paludisme permettrait d'éviter deux milliards de cas et quatre millions de décès supplémentaires d'ici à 2030, à condition que la population des 29 pays les plus touchés bénéficient de ces interventions.

Fixer une date

Ce n'est qu'à ce moment-là que le monde pourrait commencer à discuter de la prochaine étape: fixer une date pour éradiquer la maladie, a expliqué Pedro Alonso. «Il n'y a pas d'obstacles biologiques à l'éradication du paludisme», mais les outils actuels ne le permettent pas, a-t-il expliqué.

«L'éradication du paludisme à l'échelle mondiale serait l'un des plus grands succès dans le domaine de la santé publique. Avec de nouveaux outils et de nouvelles approches, nous pouvons faire de cet idéal une réalité», a souligné le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans un communiqué.

Plus de 90% des décès dus au paludisme chaque année surviennent en Afrique subsaharienne. Mais seulement la moitié des personnes à risque en Afrique dorment sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide. (afp/nxp)

Créé: 23.08.2019, 02h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.