Lundi 21 janvier 2019 | Dernière mise à jour 01:41

«Gilets jaunes» L'ex-boxeur écroué dans l'attente de son procès

L'ex-boxeur «gilet jaune» accusé d'avoir frappé des gendarmes restera écroué dans l'attente de son procès, renvoyé au 13 février.

3 mois de prison et du sursis pour des jeunes d'extrême droite

Six jeunes membres de mouvances d'extrême droite ont été condamnés mercredi à des peines allant du sursis à trois mois de prison pour leur «participation à un groupement en vue de commettre des dégradations» lors de la manifestation des «gilets jaunes» du 1er décembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Filmé en train de frapper deux gendarmes lors de «l'acte VIII» des «gilets jaunes», l'ex-boxeur professionnel Christophe Dettinger a été placé en détention provisoire mercredi dans l'attente de son procès, qui a été renvoyé au 13 février.

Silhouette massive, l'ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers a brièvement comparu devant le tribunal correctionnel de Paris où il a sollicité et obtenu le report de son procès pour «violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique».

Crâne rasé, petite plaie rouge sur le front, l'ancien boxeur de 37 ans, aujourd'hui fonctionnaire territorial dans une mairie de l'Essonne, est entré dans le box à 22H00, les yeux cernés et le visage très marqué. «Je regrette mes actes. (...) Quand je vois ces images, je ne suis pas fier de moi», a déclaré ce père de trois enfants au casier judiciaire vierge.

«Ni héros ni symbole»

Christophe Dettinger s'était présenté lundi matin à la police, qui le recherchait depuis la diffusion de vidéos de l'agression de deux gendarmes sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor samedi à Paris, lors d'une nouvelle manifestation de «gilets jaunes».

Devant le tribunal, il a expliqué être «venu pacifiquement» manifester samedi, en famille, comme lors des précédentes mobilisations des «gilets jaunes», mais a reconnu n'avoir «pas eu le contrôle» après avoir «vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol».

Demandant sa libération sous contrôle judiciaire en l'attente de son procès, ses avocats ont évoqué un accès de colère «incontrôlée qui a duré deux minutes» et insisté sur son profil de père de famille, inséré professionnellement et n'ayant jamais eu maille à partir avec la justice. «Il ne veut être ni un héros, ni un symbole, ni un porte-parole des gilets jaunes », avait déclaré une de ses conseils, Me Laurence Léger, avant l'audience.

Conformément aux réquisitions du parquet, le tribunal correctionnel a toutefois ordonné son placement en détention provisoire afin d'«empêcher la réitération des faits et une soustraction à la justice», le prévenu ayant refusé en garde à vue «de s'expliquer sur les raisons de sa fuite».

La décision, accueillie par des cris de protestations dans la salle, va en revanche dans le sens des avocats des deux gendarmes blessés qui avaient dénoncé des «violences graves, méthodiques, froides, réitérées». «Les violences sont allées à la limite de l'intention homicide», avaient ainsi affirmé devant la salle du tribunal Mes Thibault de Montbrial et Émélie Samson.

«J'ai mal réagi»

Dans une vidéo postée lundi sur YouTube, l'ancien champion de boxe avait déjà admis avoir «mal réagi», tout en affirmant s'être «défendu» face aux violences policières. «J'ai vu la répression. J'ai vu la police gazer, la police faire mal à des gens avec des flashballs», s'était justifié l'ancien boxeur. Puis devant les enquêteurs cette fois, il s'était excusé pour son comportement, selon une source proche du dossier.

Les violences qui lui sont reprochées avaient éclaté samedi lors d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre sur la passerelle qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries.

Plusieurs vidéos avaient alors capté une séquence d'une grande violence où l'on voit M. Dettinger frapper un premier gendarme à terre et asséner une série de coups de poings à un de ses collègues, abrité derrière son bouclier. Ils se sont respectivement vu prescrire 15 et 2 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Devant les enquêteurs comme à la barre du tribunal, le trentenaire originaire de l'Essonne avait affirmé avoir voulu protéger une femme des forces de l'ordre puis s'être emporté. Dimanche, lors d'une perquisition à son domicile à proximité de Massy (Essonne), les enquêteurs avaient par ailleurs retrouvé les vêtements visibles sur les images ainsi qu'un fusil de chasse. La découverte de cette arme de catégorie D1, en acquisition libre, a conduit le parquet d'Evry à ouvrir une enquête.

Ouverte en soutien à l'ancien boxeur, une cagnotte a connu un vif succès avant d'être fermée mardi devant les critiques du gouvernement et de syndicats policiers. Une cagnotte concurrente en «soutien aux forces de l'ordre» a aussi été ouverte. (afp/nxp)

Créé: 09.01.2019, 23h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters