Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:52

Allemagne L'ex-chancelier Helmut Schmidt au plus mal

Agé de 96 ans, l'état de santé de l'ancien dirigeant social-démocrate s'est sérieusement dégradé ce week-end, a indiqué mardi son médecin à un quotidien allemand.

Chancelier en 1974 après la démission de l'autre grande figure de la social-démocratie allemande, Willy Brandt, Helmut Schmidt avait été reconduit en 1976 et 1980.

Chancelier en 1974 après la démission de l'autre grande figure de la social-démocratie allemande, Willy Brandt, Helmut Schmidt avait été reconduit en 1976 et 1980. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hospitalisé en août pour une déshydratation et opéré en septembre pour un caillot de sang dans une jambe, Helmut Schmidt était depuis rentré chez lui, à Hambourg, où son état a empiré pendant le week-end.

«Actuellement, (il) n'est que très rarement conscient. Depuis samedi, son état s'est aggravé régulièrement et de façon dramatique», a expliqué le médecin personnel de l'ancien chancelier, Heiner Greten au quotidien Hamburger Abendblatt.

Interrogé sur la possibilité d'un rétablissement, le médecin s'est montré très pessimiste: «Non, malheureusement, je ne crois pas», a-t-il dit, évoquant une «situation exceptionnellement précaire». Fiévreux, il souffre d'une infection non définie et «n'a quasiment plus de résistance», a-t-il ajouté.

Selon le médecin, c'était «sa volonté et celle de sa famille de rester chez lui, dans un environnement familier». «Je ne crois pas que dans son cas, une hospitalisation serait une meilleure solution». Fumeur invétéré, équipé d'un pacemaker depuis 1981, Helmut Schmidt avait été victime d'un infarctus en 2012 et avait subi un pontage coronarien.

Européen convaincu

Chancelier en 1974 après la démission de l'autre grande figure de la social-démocratie allemande, Willy Brandt, Helmut Schmidt avait été reconduit en 1976 et 1980.

Inflexible face à la violence du groupe d'extrême-gauche «Fraction Armée rouge» (RAF), homme des réformes sociales et de la détente avec l'Est, le «chancelier de fer» avait été le premier à dénoncer le déploiement des fusées soviétiques SS-20, en 1977. Il avait également prôné celui des euromissiles de l'OTAN.

Européen convaincu, il avait critiqué la manière dont son successeur Helmut Kohl avait conduit l'unification de l'Allemagne. Helmut Schmidt a aussi été le «père», avec l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, du système monétaire européen (SME).

Retiré de la vie politique depuis plus de 30 ans, il contribuait encore récemment aux débats politiques et intellectuels de son pays, essaimant les petites phrases drôles ou piquantes. Auteur d'une trentaine d'ouvrages, il a été éditeur (1983) puis directeur (1985-1989) de «Die Zeit», l'un des plus prestigieux hebdomadaires allemands. (ats/nxp)

Créé: 10.11.2015, 11h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.