Samedi 17 août 2019 | Dernière mise à jour 17:02

Mises en garde La Russie défie l’Occident sur l’Iran et la crise syrienne

Le gouvernement russe bloquera toute proposition visant à recourir à une intervention militaire en Syrie et quant au programme nucléaire iranien, il reproche à l'Occident de vouloir asphyxier l'économie du pays.

Sergueï Lavrov: «Nous ne soutiendrons aucune sanction» contre Damas.

Sergueï Lavrov: «Nous ne soutiendrons aucune sanction» contre Damas. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Russie a rejeté mercredi la stratégie occidentale de sanctions contre son allié syrien en proie à une révolte populaire et le programme nucléaire de Téhéran, reprochant notamment à l’Occident de chercher à "asphyxier" l’économie iranienne.

Au cours d’une conférence de presse à Moscou, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a averti que la Russie, opposée à toute sanction et intervention extérieure en Syrie, était prête à user de son droit de veto en tant que membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

«Nous ne soutiendrons aucune sanction» contre Damas, a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que tout Etat qui souhaite une intervention militaire en Syrie ne recevrait «aucun mandat du Conseil de sécurité de l’ONU».

En conséquence, la Russie bloquera toute proposition visant à recourir à une intervention militaire en Syrie, a prévenu Sergueï Lavrov, alors que la politique étrangère russe devient selon les analystes plus intransigeante à l’approche de la présidentielle de mars et le retour attendu de Vladimir Poutine au Kremlin.

«Mettre fin à la tuerie»

Si des Etats veulent «à tout prix recourir à la force, il est peu probable que nous puissions nous y opposer. Mais que cela reste à leur propre initiative et relève de leur conscience. Ils n’auront aucun mandat du Conseil de sécurité de l’ONU», a ajouté Sergueï Lavrov.

Ces déclarations interviennent après les propos de l’émir du Qatar qui s’est dit favorable samedi à l’envoi de troupes arabes en Syrie pour "mettre fin à la tuerie" dans ce pays secoué depuis dix mois par une révolte populaire réprimée dans le sang, la première prise de position de ce type d’un dirigeant arabe.

Allié traditionnel de Damas, la Russie a jusqu’ici bloqué tous les projets de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU condamnant la répression de la contestation par le régime du président Bachar al-Assad.

Sergueï Lavrov a par ailleurs critiqué les nouvelles sanctions prévues par l’Occident contre l’Iran et estimé qu’une éventuelle intervention militaire étrangère dans ce pays serait une "catastrophe avec les plus graves conséquences".

"Les nouvelles sanctions unilatérales contre l’Iran n’ont rien à voir avec le désir de lutter contre la prolifération nucléaire. Cela a été bien réfléchi dans le but d’asphyxier l’économie iranienne et d’aggraver la situation de la population", a estimé Sergueï Lavrov.

Objectifs militaires

L’Europe et les Etats-Unis ont durci leurs sanctions contre l’Iran du fait de son programme nucléaire controversé après l’adoption par le conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) d’une résolution contre Téhéran.

Sergueï Lavrov a également estimé que les sanctions imposées par l’UE et les Etats-Unis à la République islamique avaient pour but de faire échouer de nouveaux pourparlers internationaux sur le programme nucléaire iranien, soupçonné par les Occidentaux d’avoir des objectifs militaires, ce que Téhéran nie.

«L’Iran attend maintenant une délégation (de l’AIEA) pour aborder les problèmes sérieux», a observé Sergueï Lavrov, soulignant que les sanctions pouvaient «difficilement améliorer l’atmosphère ou faire en sorte que les discussions soient productives».

Par ailleurs, Sergueï Lavrov a indiqué que la Russie n’avait pas à s’expliquer sur la livraison récente à la Syrie d’une «cargaison dangereuse» à bord d’un bateau qui, selon les médias russes, aurait pu transporter jusqu’à 60 tonnes d’armes et d’équipements militaires.

«Nous ne jugeons pas nécessaire de nous expliquer ou de nous justifier parce que nous ne violons aucun accord international, aucune résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous vendons à la Syrie ce qui n’est pas interdit par le droit international», a lancé Sergueï Lavrov, dont le pays est le premier fournisseur d’armes à Damas. (AFP/nxp)

Créé: 18.01.2012, 17h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.