Mardi 24 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:26

Justice internationale La Russie doit libérer les marins ukrainiens

La justice militaire internationale a demandé à la Russie de libérer immédiatement les marins ukrainiens qu'elle détient depuis novembre dernier.

24 marins ukrainiens sont détenus par la Russie depuis novembre 2018.

24 marins ukrainiens sont détenus par la Russie depuis novembre 2018. Image: archive/photo d'illustration/AFP

Galerie photo

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, la tension ne cesse de croitre entre Moscou et Kiev.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal maritime international de Hambourg a demandé samedi à la Russie de libérer «immédiatement» les 24 marins ukrainiens et les trois navires qu'elle détient depuis novembre à la suite d'un incident naval. Le tribunal avait été saisi par l'Ukraine en avril.

«La Fédération de Russie doit procéder immédiatement à la libération des 24 militaires ukrainiens détenus et les autoriser à rentrer en Ukraine», a déclaré Jin-Hyun Paik, le président de ce tribunal qui veille à l'application de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Dans leur ordonnance, les juges ont également prescrit une autre «mesure conservatoire» enjoignant à la Russie de remettre là aussi «immédiatement» à Kiev les trois navires militaires arraisonnés lors de leur passage dans le détroit de Kertch au large de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014.

Le tribunal basé dans la ville portuaire allemande de Hambourg avait été saisi par l'Ukraine en avril, mais la procédure a été boycottée par la Russie qui lui récuse toute compétence dans cette affaire.

Trois bâtiments arraisonnés

«L'ordonnance du tribunal est un signal clair à la Russie qu'elle ne peut pas violer le droit international en toute impunité», a réagi la vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères Olena Zerkal sur son compte Facebook, espérant que Moscou allait «se conformer rapidement et entièrement» à l'ordonnance du tribunal.

L'affaire remonte à novembre 2018 quand la Russie, dénonçant une «agression», a arraisonné les trois bâtiments, affirmant qu'ils étaient entrés illégalement dans les eaux russes. L'Ukraine assure avoir prévenu son voisin de l'itinéraire de ses bâtiments près du détroit de Kertch et accuse la Russie d'avoir violé le droit international. (ats/nxp)

Créé: 25.05.2019, 14h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.