Dimanche 19 janvier 2020 | Dernière mise à jour 19:40

Groenland La calotte de glace fond sept fois plus vite que prévu

De nouvelles données montrent que les pertes de glace du Groenland suivent le scénario du réchauffement climatique le plus pessimiste établi par le Giec.

La perte de  calotte glaciaire ne fait que s'amplifier au fur et à mesure des années.

La perte de calotte glaciaire ne fait que s'amplifier au fur et à mesure des années. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La calotte glaciaire du Groenland, deuxième plus importante après celle de l'Antarctique, fond sept fois plus vite que prévu. C'est ce qu'indique une étude publiée mardi dans la revue scientifique Nature.

L'étude, menée avec le concours d'une centaine de scientifiques, compile des données relevées sur plus de 25 ans par des moyens terrestres et spatiaux. Selon les auteurs, ces nouvelles données montrent que les pertes de glace du Groenland suivent le scénario du réchauffement climatique le plus pessimiste établi par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

«Nous constatons un niveau de perte qui ne fait que s'amplifier au fur et à mesure des années», explique Xavier Fettweis, chercheur au Laboratoire de climatologie de l'Université de Liège (B), qui a contribué à l'étude.

40 millions de personnes concernées

«Le taux de perte de glace est passé de 33 milliards de tonnes par an dans les années 1990 à 254 milliards de tonnes par an au cours de la dernière décennie, soit sept fois plus en trois décennies. En 2019, les premières estimations suggèrent une perte d'environ 500 milliards de tonnes», ajoute-t-il.

Au total, les chercheurs estiment que le Groenland a perdu près de 3800 milliards de tonnes de glace depuis 1992. La moitié en surface, conséquence de la hausse des températures d'environ 1°C tous les 10 ans depuis 1990, et l'autre moitié en raison de l'augmentation de l'écoulement glaciaire (détachement d'icebergs), provoquée par la hausse des températures de l'océan.

En 2013, le Giec avait prédit que le niveau mondial de la mer augmenterait de 60 centimètres d'ici 2100, exposant 360 millions de personnes à des inondations côtières annuelles.

Cette nouvelle étude, qui montre que les pertes de glace augmentent plus vite que prévu au Groenland, table sur une hausse supplémentaire du niveau des mers de sept centimètres, ce qui aurait une incidence sur 40 millions de personnes de plus d'ici 2100. (ats/nxp)

Créé: 10.12.2019, 18h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.