Jeudi 23 mai 2019 | Dernière mise à jour 09:01

Négociations de paix La délégation du régime syrien est arrivée à Genève

La délégation du régime syrien est arrivée dimanche à Genève pour participer au deuxième round de négociations avec l'opposition sous l'égide de l'ONU.

Galerie photo

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015)

La Syrie en guerre civile (août 2013 - septembre 2015) Accusé par la communauté internationale de s'en prendre à la population civile, Bachar al-Assad se maintient au pouvoir d'une main de fer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La délégation du régime syrien est arrivée dimanche à Genève pour participer au deuxième round de négociations avec l'opposition sous l'égide de l'ONU. Une source proche de la délégation gouvernementale a affirmé que les représentants du pouvoir sont entrés par la porte arrière de l'Hôtel de la Paix dans la ville suisse, sans faire de déclaration.Des membres de la délégation de l'opposition sont également arrivés séparément dans la ville suisse, a affirmé par ailleurs une source proche de la délégation.

La délégation gouvernementale est dirigée par le chef de la diplomatie Walid Mouallem, comme ce fut le cas pour le premier round mené il y a 10 jours et qui n'était parvenu à aucun accord sur une issue au conflit qui ravage la Syrie depuis trois ans et a fait plus de 136'000 morts selon une ONG.

Walid Mouallem doit rencontrer dimanche dans la soirée le médiateur international Lakhdar Brahimi, qui avait réuni en janvier, pour la première fois dans une même pièce, les représentants des deux belligérants, selon la même source.«Les autres membres de la délégation sont pratiquement les mêmes», a-t-elle précisé.Lors du premier round, le représentant de Damas à l'ONU, Bachar al-Jaafari, était le chef des négociateurs du régime, face à Hadi al-Bahra du côté de l'opposition.

La Coalition de l'opposition en exil n'a pas précisé si son chef, Ahmad al-Jarba, était arrivé dans la ville suisse.«Des membres de l'opposition sont arrivés séparément car ils viennent de différents pays», a indiqué la source proche de la délégation de l'opposition.

Il s'agit d'une nouvelle tentative de rapprocher des positions presque inconciliables. Le régime exclut en effet toute discussion sur le départ de M. Assad et insiste pour parler d'abord du «terrorisme», en allusion à la rébellion, tandis que pour l'opposition, la question de la transition politique sans M. Assad est primordiale. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2014, 17h18

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.