Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 01:20

Moeurs Le Harlem Shake passe mal en Tunisie

Des lycéens tunisiens sont filmés samedi dans la cour de leur école en train de danser le Harlem Shake en portant des tenues de salafistes et en simulant des actes sexuels, attirant les foudres du ministère de l'Education.

La vidéo des lycéens qui a scandalisé le ministère de l'Education tunisien.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre tunisien de l'Education Abdellatif Abid a ordonné une enquête contre des lycéens de Tunis pour leur mise en scène du buzz «Harlem Shake». La blogosphère a riposté en piratant lundi le site du ministère.

Les lycéens du quartier Menzah VI ont filmé samedi dans la cour de leur école une vidéo. Certains dansent en caleçons et d'autres, portant des fausses barbes et les tuniques des tenants de la mouvance salafiste radicale, simulent des actes sexuels.

Le «Harlem Shake», danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels, a fait le tour de la Toile avec des dizaines de versions cumulant des dizaines de millions de vues.

Soutien massif sur Facebook

«Le ministère de l'Education a demandé d'ouvrir une enquête et va prendre les mesures qui s'imposent», s'est emporté dimanche à la radio Mosaïque FM le ministre Abdellatif Abid, évoquant d'éventuelles «expulsions» d'élèves ou «licenciement» du personnel éducatif.

Dans la soirée de lundi, le site de ce ministère a été piraté. Le morceau électro-dance «Harlem Shake» y était diffusé en boucle.

Un mouvement de soutien à ces lycéens s'est immédiatement organisé sur Facebook, plus de 4600 personnes promettant de participer le 1er mars à un Harlem Shake de contestation devant le ministère de l'Education.

De nombreux jeunes relèvent sur ces pages que le ministère n'a jamais diligenté d'enquête lorsque des groupes de salafistes ont investi des universités ou des lycées, drapeaux noirs à la main, pour faire du prosélytisme.

Islamisation de la société

L'opposition laïque tunisienne accuse régulièrement le parti islamiste Ennahda, qui dirige le gouvernement d'organiser une islamisation rampante de la société. Le ministre de l'Education est cependant issu d'Ettakatol, parti séculier de centre-gauche allié à Ennahda.

VIDEO: Des soldats norvégiens sont à l'origine du buzz: (afp/nxp)

Créé: 26.02.2013, 07h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.