Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 20:00

Scandale Epstein Le chef d'une uni renommée éclaboussé

Rafael Reif indique avoir été informé qu'il avait signé en 2012 une lettre de remerciements au financier pour son soutien.

Rafael Reif le 18 mai 2018.

Rafael Reif le 18 mai 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a reconnu jeudi avoir remercié le financier Jeffrey Epstein pour son soutien financier, nouvelle information embarrassante pour la prestigieuse université de Boston déjà ébranlée par ce scandale.

Dans une lettre aux élèves et personnel du MIT publiée jeudi sur le site de l'établissement, le président Rafael Reif indique avoir été informé qu'il avait signé en 2012 une lettre de remerciements à Jeffrey Epstein, par un cabinet d'avocats chargé d'enquêter sur les liens entre l'université et le défunt financier accusé d'agressions sexuelles sur mineures.

«J'ai apparemment signé cette lettre le 16 août 2012, environ six semaines après le début de ma présidence. Même si je n'en ai pas de souvenir, c'est bien ma signature», a reconnu le président de l'université, ajoutant que cette lettre semblait correspondre au premier don qu'ait fait Jeffrey Epstein au MIT après sa condamnation en Floride en 2008 pour prostitution impliquant une jeune mineure.

Position délicate

Autre fait embarrassant qu'a reconnu Rafael Reif: le cabinet d'avocats a établi que la direction du MIT était au courant et avait autorisé le directeur du célèbre Media Lab du MIT, Joi Ito, à recevoir des dons de Jeffrey Epstein entre 2013 et 2017. Et lui avait demandé de dissimuler l'origine de ces dons, «pour qu'il (Epstein) ne puisse pas s'en servir pour redorer sa réputation», selon Rafael Reif. Si le président ajoute que «nous aurions pu et dû poser plus de questions sur Jeffrey Epstein», ces informations risquent de le mettre en position délicate.

Joi Ito du Media Lab a été acculé à la démission samedi, après que le «New Yorker» eut révélé qu'il avait minimisé et même dissimulé une partie du soutien financier que lui apportait Jeffrey Epstein.

Après avoir négocié une peine très clémente de 13 mois de prison en Floride en 2008, le riche financier avait été ré-inculpé à New York début juillet pour de multiples agressions sexuelles sur mineures. De nombreux témoignages de victimes présumées ont présenté Jeffrey Epstein comme un prédateur redoutable, entouré de dizaines de jeunes filles devenues ses esclaves sexuelles. Il s'est suicidé dans sa cellule de Manhattan le 10 août dernier, et les procureurs ont promis de traquer ses complices. (afp/nxp)

Créé: 12.09.2019, 23h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.