Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 20:25

Boeing 777 Le point sur les hypothèses pour expliquer sa disparition

Le scénario d'un changement «délibéré» de la trajectoire du vol MH370 disparu il y a une semaine est mis en avant samedi. Le point sur l'enquête.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les systèmes de communication du vol MH370 ont été désactivés et son changement de cap est le fait d'une action délibérée, a annoncé samedi la Malaisie, première piste sérieuse sur la disparition mystérieuse de l'avion avec 239 personnes à bord, il y a une semaine. Voici plusieurs scénarios possibles évoqués par des experts du transport aérien.

Retrouvez ici les événements heure par heure

Action terroriste

Les annonces de la Malaisie relancent l'hypothèse d'une action terroriste, envisagée peu après la disparition de l'avion lorsqu'on avait appris que deux Iraniens étaient à bord avec des passeports volés. Les autorités estiment que ces deux hommes étaient en fait des clandestins, en route vers l'Europe via Pékin.

L'avis d'expert: La quantité d'informations et d'expertise requises pour la conduite d'un avion pendant plusieurs heures, en évitant d'être détecté, signalerait un niveau de préparation sans précédent, selon Gerry Soejatman, analyste indépendant à Jakarta. «Si tout cela est vraiment délibéré, alors on est peut-être face à quelque chose qui va au-delà de la préparation des attentats du 11 septembre», estime-t-il.

L'une des zones qu'a pu survoler l'avion est truffée de radars, qui peuvent toutefois être évités si l'on vole très bas. Mais Adam Dolnik, professeur à l'université de Wollongong en Australie, doute de la piste terroriste. «Pour quelque chose d'aussi énorme, il y aurait forcément eu une revendication».

Implication du pilote

La Malaisie a indiqué que les systèmes de communication avaient été désactivés, avant que l'avion continue à voler pendant sept heures. Qu'ils l'aient été par le pilote, intentionnellement ou sous le coup d'un énorme stress, est possible.

L'avis d'expert: La désactivation des systèmes et le changement de cap peuvent être l’œuvre d'un des deux pilotes, voire des deux, avance Paul Yap, expert en aviation à l'école Temasek Polytechnic de Singapour. Les pilotes peuvent aussi avoir été obligés de changer de trajectoire et de couper les transpondeurs, sous la menace de terroristes, ajoute-t-il.

Suicide du pilote

Les accidents aériens mortels causés par un suicide du pilote sont rares: moins de 0,5% des accidents selon l'agence américaine de l'aviation civile.En 1997, un Boeing 737 de la compagnie SilkAir assurant la liaison Jakarta-Singapour avait plongé dans une rivière, tuant les 104 passagers à bord. Les enquêteurs américains avaient conclu au suicide du commandant.

L'avis d'un expert: Un suicide «est possible et si c'était le cas, il n'y aurait pas beaucoup de débris parce que l'avion serait descendu en maintenant une intégrité structurelle», a noté Terence Fan, expert à la Singapore Management University. Aucun indice allant dans les sens d'une instabilité psychologique du pilote ou du copilote n'a émergé depuis une semaine.

Avion dissimulé

L'absence de débris ou d'indices signalant un impact, ainsi que les sept heures de vol après la disparition des écrans radars civils, font espérer que l'avion a atterri et serait dissimulé dans un endroit reculé.

L'avis d'expert: La taille d'un Boeing 777 et la surface nécessaire pour qu'il atterrisse rendent peu probable ce scénario, indique Greg Waldron, de la revue spécialisée Flightglobal. Mais Paul Yap, de Temasek Polytechnik, juge que si la personne aux manettes de l'appareil était suffisamment douée pour échapper aux radars, «elle avait alors certainement la capacité d'atterrir quelque part».

Silence volontaire de la Malaisie

La lenteur des autorités malaisiennes à révéler des données clé sur les contacts satellite et radar poussent certains à penser que les pays de la zone connaissaient le trajet suivi par l'avion mais ne voulaient rien dire, par peur de dévoiler trop d'éléments sur leur sécurité et leur défense.

L'avis d'expert: Au regard des indications fournies samedi par la Malaisie sur les routes qu'a pu emprunter le vol MH370, Gerry Soejatman se demande comment un avion aurait pu traverser cette zone sans être détecté. «S'il a volé dans le couloir du nord, il a traversé plusieurs pays. Pourquoi personne n'a rien détecté, ou du moins rien signalé ?». (afp/nxp)

Créé: 15.03.2014, 16h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.