Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:58

Crash de Germanwings Le profil du copilote alimente la rumeur en Allemagne

La presse allemande continue d'avancer des hypothèses sur le profil psychologique et les problèmes de santé du copilote de l'Airbus A320.

L'enquête reste ouverte pour «homicides involontaires»

Le parquet de Marseille a décidé de ne pas modifier la qualification de l'enquête ouverte pour «homicides involontaires» après le crash mardi de l'Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings. L'accident aurait été provoqué délibérément par le copilote.

«On a failli requalifier, j'y ai pensé, mais finalement on reste sur une qualification d'homicides involontaires», a expliqué le procureur de Marseille, Brice Robin, samedi dans les colonnes du quotidien La Provence. Une qualification d'«homicide volontaire» sous-entendrait «qu'il ait eu la conscience de vouloir tuer», ajoute le magistrat.

Le copilote de 27 ans s'était enfermé dans le cockpit et a probablement provoqué la catastrophe, entraînant dans la mort les 149 autres passagers et membres d'équipage de l'appareil. L'A320 effectuait la liaison entre Barcelone et Düsseldorf.

L'information judiciaire, qui sera ouverte plus tard dans le cadre de cette enquête conduite par le pôle «accident collectif» du parquet, devrait être menée en co-saisine par deux juges d'instruction marseillais.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quatre jours après le crash de Germanwings, les cérémonies en hommage aux victimes du crash ont rassemblé samedi matin un demi-millier de personnes à la cathédrale de Digne-les-Bains, chef-lieu des Alpes-de-Haute-Provence situé à une quarantaine de kilomètres de la zone où l'appareil s'est écrasé. Devant l'autel, 150 bougies avaient été allumées.

La recherche des victimes, interrompue la veille, a repris samedi matin à Seyne-les-Alpes, à environ 10 kilomètres de la zone du crash. Une soixantaine de personnes se sont relayées à la recherche des corps et de la deuxième boîte noire de l'appareil.

Condoléances de Germanwings

Les enquêteurs s'efforcent toujours de collecter un maximum d'éléments permettant de procéder à l'identification des corps, «une tâche ardue», a expliqué un responsable de la gendarmerie.

L'Allemagne s'apprête également à organiser une cérémonie nationale de deuil le 17 avril en la cathédrale de Cologne, dans l'ouest du pays, d'où sont originaires la moitié des victimes. La chancelière Angela Merkel, très marquée par ce drame, sera présente. En outre, des encarts de condoléances de Germanwings et de sa maison mère Lufthansa ont été publiés samedi dans les journaux européens.

«Changer tout le système»

La presse allemande continue de relayer plusieurs hypothèses sur le profil psychologique du copilote de l'Airbus. Une hôtesse de l'air de Germanwings, présentée comme une ex-petite amie du copilote, a affirmé que lorsqu'elle a appris la catastrophe, une phrase lui était revenue en mémoire: «Un jour, je vais faire quelque chose qui va changer tout le système, et tout le monde connaîtra mon nom et s'en souviendra», a révélé le journal à gros tirages Bild.

S'il a fait cela, «c'est parce qu'il a compris qu'à cause de ses problèmes de santé, son grand rêve d'un emploi à la Lufthansa, comme commandant de bord et pilote de long-courrier était pratiquement impossible», a interprété l'hôtesse.

Selon la jeune femme, le copilote «était capable de cacher aux autres ce qui se passait vraiment en lui». Il «ne parlait pas beaucoup de sa maladie, seulement qu'il suivait un traitement psychiatrique». L'enquête a révélé que le copilote avait caché qu'il faisait l'objet d'un arrêt-maladie le jour de l'accident.

Problèmes de vue

La thèse qu'il souffrait de troubles psychiatriques a été confortée samedi par des informations du Welt am Sonntag, selon lequel les enquêteurs ont découvert au domicile du pilote «de très nombreux médicaments» destinés à soigner des «maladies psychiques». Le jeune homme aurait souffert d'un stress important et avait été pris en charge par «plusieurs neurologues et psychiatres», affirme la presse.

Interrogés samedi, des enquêteurs français et allemands n'ont souhaité ni confirmer ni démentir cette information. En outre, il n'y a aucun élément indiquant que le jeune homme (27 ans) ait été dépendant à des drogues ou à l'alcool. Aucun stupéfiant n'a été trouvé à son domicile.

Vendredi, le parquet de Düsseldorf a indiqué que des attestations d'arrêt-maladie avaient été retrouvées déchirées chez lui. Mais aucune lettre d'adieu dévoilant un acte prémédité à l'origine d'une catastrophe qui a fait 150 morts n'a en revanche été retrouvée.

Selon Bild et le New York Times, le jeune homme souffrait aussi de gros problèmes de vue susceptibles de remettre en cause son aptitude à piloter.

Plusieurs pistes

A côté de ces révélations officieuses, un enquêteur français présent samedi à Düsseldorf pour seconder ses collègues allemands a dit que la «personnalité» du copilote était «une piste sérieuse» et l'acte volontaire le scénario privilégié. Mais il a également souligné que les autres pistes, faute involontaire ou défaillance technique de l'appareil, n'étaient toujours pas exclues. (ats/nxp)

Créé: 28.03.2015, 13h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.