Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:54

France «Le roi est nu»: Marine Le Pen critique Macron

Samedi lors d'un déplacement en Corrèze, Marine Le Pen a critiqué le chef de l'Etat, tout en se disant «assez sereine» après avoir vu sa mise en examen aggravée.

«Magnifique fête du drapeau aujourd’hui à #Cublac, en #Corrèze!» a écrit sur son compte Twietter la présidente du Rassemblement national. (saisie d'écran)

«Magnifique fête du drapeau aujourd’hui à #Cublac, en #Corrèze!» a écrit sur son compte Twietter la présidente du Rassemblement national. (saisie d'écran)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette mise en examen, désormais qualifiée en «détournements de fonds publics» par la justice «ne m'émeut pas car je sais que nous sommes totalement innocents des faits qui nous sont reprochés. Par conséquent je suis assez sereine», a déclaré Marine Le Pen devant les journalistes.

«C'est vrai que l'on voit s'amonceler sur nous les persécutions», a-t-elle poursuivi. Et d'ajouter :«avant c'était une par mois, puis une par semaine, là, en ce moment c'est une par jour. Alors (...), signal à tout le monde et particulièrement à nos adversaires : ils n'arriveront pas à nous intimider.»

Macron, c'est «l'irrésolution la plus totale»

La patronne du RN a ensuite critiqué le chef de l'Etat, estimant que «le roi est nu. Ce candidat Macron qu'on nous avait présenté comme étant un professionnel, un expert de l'économie avec une rigueur incroyable, en fait c'est l'amateurisme le plus total, c'est l'imprévision la plus totale et même l'irrésolution la plus totale».

«Tout cela est inquiétant au moment où la France aurait plus que jamais besoin d'un gouvernement solide qui sache précisément où il va», selon l'ex-candidate à la présidentielle.

Près de 150 personnes ont manifesté contre la venue de Marine Le Pen à l'entrée de la ville. Drapeaux et pancartes exprimaient l'opposition de cette «terre de résistance». «Le Rassemblement national est le parti de la haine, de l'exclusion», a lancé Guy Bretout, sympathisant du PCF de Dordogne. «Ce parti est un danger mortel, le RN est un venin», pouvait-on également lire sur les t-shirts des militants de Solidaires. (ats/nxp)

Créé: 13.10.2018, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.