Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 08:41

Droits humains Les enfants, victimes de la guerre au Mali et en Syrie

Un rapport de l'ONU dénonce l'enrôlement de centaines d'enfants recrutés par des groupes islamistes et des rebelles touareg au Mali. La Tunisie est aussi épinglée par le rapport qui utiliserait les enfants comme boucliers humains.

L'ONU dénonce «l'exploitation et le recrutement massifs» de centaines d'enfants dans les violences qui secouent le Mali.

L'ONU dénonce «l'exploitation et le recrutement massifs» de centaines d'enfants dans les violences qui secouent le Mali. Image: AFP

Galerie photo

Mali: Les ONG appellent à venir en aide aux réfugiés et aux déplacés

Mali: Les ONG appellent à venir en aide aux réfugiés et aux déplacés Conséquence de conflit au Mali, le HCR dénombre 230’000 déplacés dans le pays et 150’000 réfugiés: Ils ont tous besoin d’assistance.

Galerie photo

Vivre en Syrie au quotidien

Vivre en Syrie au quotidien Après deux ans de conflit, les Syriens continuent d'avancer tant bien que mal. Aller au marché, voir la famille. Mais pas flâner.

Galerie photo

Rétrospective de la révolution en Syrie

Rétrospective de la révolution en Syrie Dans la foulée des printemps arabes tunisien, égyptien et libyen, les opposants syriens ont débuté leur rébellion en mars 2011. Mais contrairement aux autres oppressés arabes, rien n'évolue dans le pays qui est désormais à feu à sang.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Mali apparaît pour la première fois dans ce rapport annuel, qui dresse une «liste d'infamie» des responsables d'exactions contre des enfants en 2012.

Dans ce pays en crise, l'ONU dénonce «l'exploitation et le recrutement massifs» de centaines d'enfants - principalement des garçons de 12 à 15 ans - par les islamistes comme le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), Ansar Dine et Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Même constat du côté des milices pro-gouvernementales: «Dans la région de Mopti-Sévaré, sous contrôle du gouvernement, des informations ont été reçues concernant le recrutement d'enfants par les milices Ganda Izo, Ganda Koy et les Forces de libération du Nord».

Représailles interethniques

«Étant donné qu'un certain nombre de milices sont intégrées dans les forces armées du Mali, il est urgent de repérer ces enfants pour qu'ils sortent des rangs», souligne le rapport.

Des munitions non explosées ont tué 24 enfants entre mars et août 2012 dans le nord du Mali, et l'armée malienne a mené «des représailles interethniques contre des enfants d'origine arabe ou touareg».

Le rapport recense aussi 211 cas de sévices sexuels (viols, esclavage sexuel, mariages forcés) contre des filles par des membres du MNLA, du Mujuao, Ansar Dine et Aqmi.

Enfin, «en février 2013, 86% des élèves qui se trouvaient encore dans le nord restaient privés d'accès à l'éducation» en raison des dégâts causés aux écoles.

«boucliers humains» en Syrie

La représentante spéciale de l'ONU pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, a souhaité que la nouvelle mission de l'ONU au Mali (Minusma) «permette d'améliorer notre réponse collective aux besoins des enfants».

Le rapport de l'ONU comprend désormais 55 armées et groupes armés de 14 pays, dont 11 nouveaux qui opérent au Mali, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et en Syrie.

En Syrie, qui figurait déjà dans le rapport précédent de 2011, «la situation des enfants s'est dégradée dans tous les domaines», souligne l'ONU.

Des «milliers d'enfants» ont été tués, torturés, utilisés comme boucliers humains par l'armée syrienne ou enrôlés par l'opposition, a souligné Leila Zerrougui.

Selon l'ONU, «en mai 2012, les forces gouvernementales (syriennes) auraient fait irruption dans l'école primaire d'As Safirah (province d'Alep), pris en otages 30 garçons et 25 filles de 10 à 13 ans, et les auraient fait marcher en tête de leurs troupes pour débusquer une unité locale de l'Armée syrienne libre».

Les enrôlements d'adolescents par l'opposition sont aussi en augmentation. Selon le rapport, «un ex-combattant de l'Armée syrienne libre originaire du village de Kufr Zeita a indiqué que des enfants n'ayant pas plus de 14 ans étaient très souvent employés au chargement des armes, à l'acheminement des vivres et à l'évacuation des blessés».

Enfants-soldats

La détention et les mauvais traitements pour association présumée avec l'opposition «constituent une tendance inquiétante», souligne le rapport. Un garçon de 16 ans originaire de Kafr Nabl (province d'Idleb) a ainsi dit «avoir assisté à l'agression sexuelle et au meurtre d'un ami de 14 ans au cours de sa détention».

En 2012, cinq plans d'action pour libérer des enfants-soldats ont été signés au Soudan du Sud, Birmanie, RDC et Somalie et «des milliers d'enfants» ont été libérés (en RDC, Birmanie, République centrafricaine et dans les Soudans). Le Népal et le Sri Lanka ont été rétirés de cette «liste d'infamie». (afp/nxp)

Créé: 12.06.2013, 23h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.