Vendredi 24 janvier 2020 | Dernière mise à jour 14:31

(F) Les gilets jaunes ont déjà perdu 13 yeux à cause des flash-balls

Après deux mois, le bilan chez les gilets jaunes est de près de 100 blessés graves. A Bordeaux, un homme est dans le coma. Des vidéos dénoncent.

Depuis bientôt deux mois, l'affrontement entre les forces de l'ordre et les gilets jaunes a blessé des milliers de personnes de part et d'autres. Certains en garderont des séquelles à vie.

Depuis bientôt deux mois, l'affrontement entre les forces de l'ordre et les gilets jaunes a blessé des milliers de personnes de part et d'autres. Certains en garderont des séquelles à vie. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis le début des manifestations, le 17 novembre dernier, les gilets jaunes ont payé un lourd tribu face aux forces de l'ordre. Le service CheckNews du quotidien «Libération» tient le compte des blessés graves. Après l'acte IX du 12 janvier, onze nouveaux cas se sont ajoutés à une liste qui compte désormais 93 blessés graves (dont 10 femmes). 68 personnes ont été touchées par des tirs de lanceur de balle de défense, les flash-balls, notamment à la tête. Treize personnes ont ainsi définitivement perdu un œil, plusieurs autres ont eu une main arrachée. Enfin on recense un décès, celui d'une octogénaire marseillaise décédée d'avoir reçu une grenade lacrymogène en plein visage.

Des bouts de grenade

Pour ce triste décompte, la notion de «blessé grave» concerne les blessures de gravités différentes. ChekNews a retenu «les membres arrachés, les organes ayant perdu leur fonction principale, les fractures, les pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, les brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête.»

Par contre les hématomes causés par des flash-balls sur le corps (parfois énormes), des coups de matraques ou des blessures diverses n'ont pas été comptabilisées. On parle de 2000 à 3000 blessés légers. En face, les forces de l'ordre estiment à 1050 gendarmes, policiers et pompiers blessés depuis qu'ils se battent dans les rues.

Légitime défense ?

Cette violence pourrait bien faire un deuxième mort du côté de Bordeaux. Samedi, Olivier, un manifestant de 47 ans, a été touché à la tête par un tir de flash-ball. Il est aujourd'hui dans le coma. Les défenseurs des gilets jaunes dénoncent la façon dont cet homme a été atteint dans son dos alors qu'il partait dans une rue. Deux vidéos montrent effectivement la scène sous deux angles qui attestent qu'au moment d'être visé, l'homme s'enfuyait.

La femme d’Olivier a déclaré vouloir porter plainte contre les forces de l’ordre. Contactée par «Libération», la préfecture de Gironde, a justifié l'usage du flash-ball par les forces de l'ordre pour contrer des gilets jaunes qui tentaient «de casser les vitrines de l’Apple store». Le parquet, cité par Libération, a expliqué le dépôt d'une plainte, non pas contre la police, mais pour «tentatives de vol avec dégradation.»

Ces deux vidéos sont largement partagées sur les réseaux sociaux français pour dénoncer la façon dont les forces de l'ordre ont tiré dans le dos d'un homme.

Créé: 15.01.2019, 09h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.