Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 10:15

Vatican Les médecins dénoncent les propos du pape

Alors que le pape a comparé l'avortement au recours à «un tueur à gages», les médecins français sont montés au créneau.

Le pape «a prononcé des mots très durs sur l'avortement», selon le président du conseil national de l'Ordre des médecins français.

Le pape «a prononcé des mots très durs sur l'avortement», selon le président du conseil national de l'Ordre des médecins français. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pape a «fortement ému la communauté médicale», s'est indigné l'Ordre des médecins français, dans un courrier au représentant du souverain pontife en France, Mgr Luigi Ventura. Il a comparé avec «violence» l'avortement au recours à «un tueur à gages».

Le pape «a prononcé des mots très durs sur l'avortement, qui ont fortement ému la communauté médicale française que j'ai l'honneur et la responsabilité de représenter», a écrit le président du conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom), le Dr Patrick Bouet, dans une lettre datée du 11 octobre, consultée vendredi par l'AFP.

«Comment ne pas réagir à des termes d'une telle violence, alors que les professionnels de santé ont fait vocation d'écoute, d'aide et de soutien à leurs concitoyennes pour les accompagner dans des moments parfois difficiles de leur vie, et pour leur assurer un accès à l'interruption volontaire de grossesse dans les meilleures conditions possibles si elles en expriment le souhait», s'interroge le Dr Bouet.

«Si je comprends que sa Sainteté, au nom de sa foi, souhaite défendre des principes importants pour l'Église qu'il dirige», le Cnom «ne peut accepter que l'anathème soit ainsi jeté sur l'ensemble du corps médical, qui s'en retrouve stigmatisé», écrit-il à l'adresse du nonce apostolique.

Souffrance des femmes

L'Ordre «ne peut non plus tolérer que la souffrance physique, psychique et morale vécue par des femmes en détresse, parfois en grande souffrance quand elles ont recours à l'interruption volontaire de grossesse, soit niée».

«Je perçois aujourd'hui, Monseigneur, l'émotion et l'incompréhension ressenties par les médecins et les femmes ainsi désignées, et souhaite vous les faire connaître en leur nom». Le pape François a comparé l'interruption volontaire de grossesse à un recours à «un tueur à gages» mercredi lors de sa traditionnelle audience sur la place Saint-Pierre, dans une homélie consacrée au commandement biblique «tu ne tueras point».

«Est-il juste d'éliminer une vie humaine pour résoudre un problème?», avait-il demandé. «Est-il juste d'avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème?», avait-il poursuivi, en sortant de son texte prévu. «Ce n'est pas juste de se débarrasser d'un être humain, même petit, pour résoudre un problème», a-t-il complété. (ats/nxp)

Créé: 12.10.2018, 05h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.