Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 01:50

France Macron ne tolérera pas d'émeutes le 1er Mai

Le président français Emmanuel Macron veut que la réponse aux «black blocs» soit «ferme» lors des manifestations du 1er mai.

M. Macron lors d'une conférence de presse à l'Elysée. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel Macron a demandé mardi, au cours du Conseil des ministres, que la réponse aux «black blocs» soit «extrêmement ferme» en cas de violences lors des manifestations du 1er Mai, a déclaré la porte-parole du gouvernement.

«Le président a indiqué que, de manière très ferme, il fallait à la fois permettre aux uns et aux autres, en cette fête très symbolique du Travail de manifester, de revendiquer (...) et qu'on soit extrêmement ferme contre tous ceux qui n'ont pour objectif que le désordre et la violence, voire des agressions en direction des forces de l'ordre», a indiqué Sibeth Ndiaye.

Plus de 7400 policiers et gendarmes mobilisés, des secteurs interdits: l'exécutif entend apporter mercredi une réponse «extrêmement ferme» face aux 1000 à 2000 «activistes radicaux» attendus à Paris en marge des manifestations syndicales du 1er mai.

«Activistes radicaux»

Sur les réseaux sociaux, des «gilets jaunes» et «black blocs» -groupes réunissant traditionnellement militants anticapitalistes, antifascistes, autonomes, vêtus de noir et masqués- entendent faire du 1er mai une «journée jaune et noir» et de Paris «la capitale de l'émeute».

«Les black blocs ça n'existe pas. Ce ne sont pas des individus en soi, c'est un mouvement, c'est une méthode, un réseau sans leader», a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors d'un point presse. «Ensuite, il y a des activistes qui se constituent en black blocs. Là on a des activistes très différents, on a des gens qui viennent d'une culture d'ultragauche, on a des gens qui sont dans cette logique de black blocs et on a des gilets jaunes qui se sont radicalisés», a-t-il précisé.

«1000 à 2000 activistes radicaux, possiblement renforcés d'individus venant de l'étranger, pourraient tenter de semer le désordre et la violence. Ils devraient être rejoints par plusieurs milliers de ce qu'il convient désormais d'appeler des ultra jaunes, ces gilets jaunes qui se sont peu à peu radicalisés», a-t-il estimé

Il a évoqué «quelques dizaines d'activistes radicaux qui pourraient venir de l'étranger», ajoutant qu'il y avait eu «coopération avec les pays voisins» et que «quelques arrêtés individuels» d'interdiction d'entrer sur le territoire français avaient été signés.

Policiers, motos et drones

Plus de 7400 membres des forces de l'ordre seront déployés dans la capitale. Au total 190 motos circuleront aux alentours des manifestations. C'est «un moyen de transport» qui doit permettre aux forces de l'ordre de se déplacer «rapidement», «en aucun cas, elles ne seront utilisées dans la gestion de la manifestation», a assuré le ministre de l'Intérieur.

Des drones seront également utilisés comme «moyens de voir ce qui se passe dans certaines rues», a précisé le préfet de Paris Didier Lallement. Des «contrôles préalables» et des «interpellations» ont eu lieu dès mardi matin, a par ailleurs indiqué Christophe Castaner, sans en préciser le nombre.

Il a évoqué le cas d'un homme arrêté à Paris avec «un sac qui contenait une matraque télescopique, un couteau à cran d'arrêt et des gants coqués». Ces contrôles peuvent également avoir lieu en région, au départ des cars ou train à destination de la capitale.

«A Rennes, Montpellier, Toulouse ou à Nancy, des éléments radicaux susceptibles de se livrer à des actions violentes ne manqueront pas de tenter de s'infiltrer dans des cortèges syndicaux, nous suivrons ces manifestations avec la plus grande vigilance», a mis aussi en garde le ministre de l'Intérieur.

Zones interdites et défilé surveillé

A Paris, un arrêté d'interdiction de manifester a été pris concernant les Champs-Élysées «au sens large», c'est-à-dire incluant la Concorde, l'Arc de Triomphe et l'Assemblée nationale mais aussi le quartier du Sacré-Coeur dans le XVIIIe arrondissement.

Quelque 584 commerces seront fermés également sur le parcours de la manifestation syndicale de l'après-midi, prévu du boulevard Montparnasse à la place d'Italie. Parmi ces commerces, la brasserie La Rotonde craint d'être ciblée comme «symbole macroniste», le chef de l'Etat y ayant célébré sa qualification au second tour de la présidentielle. «On n'a pas peur des cortèges syndicaux mais des gilets jaunes et des black blocs», résume Serge Tafanel propriétaire du célèbre restaurant depuis 27 ans.

«Une des difficultés c'est qu'on a un nombre plus important de personnes» avec le défilé syndical, «donc il est plus facile pour ces ultras de se noyer dans la masse, de sortir et de se remettre dans la masse», selon le ministre de l'intérieur. Les syndicats «nous on fait part de leur détermination à faire en sorte que les manifestations se passent bien», a-t-il précisé. «Le refus de la violence par les syndicats est net, clair», selon lui.

«Il est clair que tout autre regroupement en dehors de cette manifestation déclarée serait un attroupement», selon le préfet de police qui prévient qu'il y aurait alors «dispersion» par les forces de l'ordre. (afp/nxp)

Créé: 30.04.2019, 16h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.