Mardi 23 octobre 2018 | Dernière mise à jour 11:40

USA «Maison de l’horreur»: les sordides secrets de Louise Turpin

Dans son livre «Sisters of Secrets», Elizabeth Flores dévoile les secrets de sa sœur Louise Anna Turpin, accusée avec son mari d’avoir torturé et gardé captifs leurs 13 enfants durant des années.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans son livre «Sisters of Secrets» fraîchement publié, Elizabeth Flores a décidé de dévoiler les sordides secrets de sa sœur Louise Anna Turpin - accusée avec son mari David Allen d’avoir torturé et gardé leurs 13 enfants (âgés de 2 à 29 ans) prisonniers à la maison.

Dans une interview accordée au «New York Daily News», l'Américaine a confié que sa sœur - incarcérée et en attente de son procès pour torture et séquestration - présentait une étrange obsession pour les rituels sataniques et la sorcellerie.

C'est précisément cette passion pour «les arts démoniaques» - développée dès l'âge de 15 ans - qui l'aurait poussée à retenir captifs sa progéniture. «Je sais que la sorcellerie est à prendre au sérieux. Si elle a été aussi profondément entraînée dans tout ça, je pense que cela a pu l’amener à faire ce qu’elle a fait, parce que vous vendez pratiquement votre âme au diable», a expliqué Elizabeth Flores, qui par ailleurs a assuré ne pas avoir été au courant du calvaire que ses nièces et neveux ont enduré. À savoir: être enfermés, enchaînés et affamés durant plusieurs années.

«Un jour, [Louise] s'est présentée chez moi avec un plateau de Ouija et j’ai refusé qu’elle rentre», a-t-elle raconté à nos confrères. Louise aurait alors prétendu pouvoir rentrer en contact avec les morts et aurait prédit qu’elle allait avoir un autre enfant.

Elle a ajouté que sa sœur avait installé près de la porte d'entrée du foyer un serpent à la gueule ouverte, symbolisant la force et la puissance.

«Il l’espionnait sous la douche»

Elizabeth n'a pas non plus manqué de dénoncer la perversité David Allen, le mari de Louise Turpin. Elle s'est notamment souvenue qu'elle avait brièvement vécu avec le couple à l'âge de 20 ans.

À cette époque, son beau-frère «l’espionnait sous la douche». Elle a toutefois assuré qu'elle n'avait alors pas détecté des signes apparents d'abus envers les enfants. Mais elle s'est tout de même rappelé quelques bizarreries. Les bambins devaient, par exemple, demander la permission pour aller aux toilettes. Ils avaient également pour ordre de limiter les interactions avec leur tante.

Par ailleurs, Elizabeth a avoué qu'elle n'avait pas réellement de relation avec sa sœur. Mis à part quelques appels téléphoniques, elles ne se voyaient plus depuis 20 ans.

Pour rappel, le couple Turpin a été arrêté mi-janvier 2018 après qu'un des enfants s'est enfui de ladite «maison de l'horreur» pour alerter la police. Actuellement en prison, la caution des deux parents a été fixée à 12 millions de dollars. Tous deux ont plaidé non-coupable.

Quant aux enfants, les six plus jeunes ont été placés dans des familles d’accueil. Les sept autres résident dans un centre médical où ils essayent de se reconstruire.

(Le Matin)

Créé: 13.06.2018, 21h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.