Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 13:16

Corée du Sud Mandat d'arrêt contre l'héritier de Samsung

Le parquet de Séoul a requis un mandat d'arrêt contre Lee Jae-yong. Cette action concerne une enquête sur la fusion controversée de deux filiales en 2015.

Lee Jae-yong, vice-président et héritier du groupe sud-coréen Samsung.

Lee Jae-yong, vice-président et héritier du groupe sud-coréen Samsung. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet de Séoul a requis un mandat d'arrêt contre le vice-président et héritier du grand groupe sud-coréen Samsung, Lee Jae-yong. Cette action concerne une enquête sur la fusion controversée de deux filiales en 2015.

Vice-président de Samsung Electronics, le fleuron du conglomérat, Lee Jae-yong a été condamné en 2017 à cinq ans de prison dans le cadre du retentissant scandale de corruption qui avait entraîné la destitution et l'emprisonnement de l'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye. Le dirigeant de 51 ans a été libéré un an plus tard, mais il fait actuellement l'objet d'un nouveau procès.

Le bureau des procureurs du district central de Séoul a indiqué jeudi qu'il cherchait à obtenir un mandat d'arrêt contre M. Lee. Il est accusé d'avoir pris part à une affaire de tromperie sur les prix en 2015, au moment où Cheil Industries, filiale spécialisée dans la mode, l'alimentation et les loisirs, a pris le contrôle de Samsung C&T (BTP).

Cette fusion avait été vue comme une étape décisive pour assurer une transition en douceur du groupe Samsung vers la troisième génération. Elle avait cependant été critiquée au motif que la valeur de C&T aurait été délibérément sous-évaluée lors de la transaction. La caisse nationale de retraite (NPS), gros actionnaire de Samsung, avait toutefois donné son feu vert à cette opération.

Le parquet a également requis un mandat d'arrêt à l'encontre de deux ex-dirigeants de Samsung pour leur rôle lors de cette fusion, selon le communiqué. Cette demande intervient près d'un mois après les excuses présentées par Lee Jae-yong pour le plan qu'il a élaboré afin de prendre la tête du conglomérat. Il s'était alors engagé à ce qu'il n'y ait «plus de polémique» quant à sa promotion et à être le dernier dans la ligne de succession familiale. (ats/Le Matin)

Créé: 04.06.2020, 09h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.