Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 19:37

Présidentielle française Marine Le Pen chahutée à son arrivée à La Réunion

Huées, banderoles hostiles, Marseillaise en créole et musique traditionnelle réunionnaise jouée par une soixantaine de manifestants attendaient la candidate du FN à sa descente d'avion.

Arrivée mouvementée pour la candidate du FN Marine Le Pen, à l'aéroport de Saint-Denis, à La Réunion.

Arrivée mouvementée pour la candidate du FN Marine Le Pen, à l'aéroport de Saint-Denis, à La Réunion.

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La présidente du Front national (FN) Marine Le Pen a été chahutée mardi à son arrivée sur l'île de La Réunion, dans l'océan Indien.

La candidate d'extrême-droite à la présidentielle française devait tenir un meeting dans la soirée.

Huées, banderoles hostiles, Marseillaise en créole et musique traditionnelle réunionnaise jouée par une soixantaine de manifestants attendaient la candidate du FN à sa descente d'avion à l'aéroport de Saint-Denis.

Le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) a participé à la manifestation. «Nous sommes sur une terre de culture métissée, en hommage à nos ancêtres, il est inadmissible que l'on compare les cultures entre elles. Si Marine Le Pen ne se reconnaît pas dans l'équipe de France, comment peut-elle se reconnaître en nous? Il y a de tout ici», a dit Kevin, 27 ans et membre du MJS.

Le Parti de Gauche et un collectif hostile au Front National baptisé «Domoun contre la démagogie et le populisme» était à ses côtés pour accueillir la présidente du Front National qui a dû sortir du hall de l'aéroport encadrée par un important cordon policier.

«Nous l'avons faite sortir en courant, c'est déjà une victoire. Pour nous, Marine le Pen qui débarque à la Réunion, c'est une insulte à l'île. Nous vivons en harmonie ici», a dit Maurice Singainy, un des manifestants.

Accès à un temple bloqué

Danyel Waro, célèbre chanteur de maloya, le chant des esclaves interdit jusqu'en 1981, a joué du kayamb, un instrument traditionnel local pendant plus d'une heure. Dans la matinée, le chemin menant au temple hindou que Marine Le Pen a prévu de visiter, a été bloqué par des gravats.

Dans la soirée, Marine Le Pen devait tenir un meeting dans une ville balnéaire de l'île. Toujours en quête de parrainages pour pouvoir faire valider sa candidature à l'élection présidentielle, elle n'a pas trouvé de soutien parmi les principaux élus locaux puisque qu'aucun n'a répondu favorablement aux sollicitations du parti.

Son père, Jean-Marie Le Pen, avait récolté 4,8% des suffrages dans l'île à l'élection présidentielle de 2007, un résultat en hausse d'un point par rapport à celle de 2002.

(ats/nxp)

Créé: 07.02.2012, 12h01