Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:32

France Menaces contre Macron: un suspect sur six libéré

Cinq suspects liés à l'ultradroite sont toujours en garde à vue pour un projet d'attaque contre Macron. Un autre a été libéré.

Emmanuel Macron lors d'une cérémonie dans le nord de la France. (8 novembre 2018)

Emmanuel Macron lors d'une cérémonie dans le nord de la France. (8 novembre 2018) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cinq personnes liées à l'ultradroite et arrêtées mardi en raison de soupçons d'un projet d'attaque visant le président Emmanuel Macron étaient toujours en garde à vue jeudi soir tandis qu'une autre a été libérée, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le suspect dont la garde à vue a été levée avait été interpellé en Ille-et-Vilaine (ouest), selon cette source. En matière terroriste, une garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures.

Au total, six personnes --cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans -- ont été interpellées mardi. Dans des échanges téléphoniques, ils évoquaient des projets, dont celui de s'attaquer au chef de l'Etat, selon une source proche du dossier. «Le projet d'attaque ne semble pas abouti mais on trouve tout de même en toile de fond les commémorations du 11-Novembre», avait expliqué une source proche de l'enquête à l'AFP.

C'est parce que l'un d'eux, Jean-Pierre B., domicilié en Isère (sud-est), s'est déplacé «dans l'est» de la France, alors qu'Emmanuel Macron s'y trouvait pour les commémorations, que les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont intervenus, a détaillé la source proche du dossier.

Jean-Pierre B. a été interpellé en Moselle, dans l'Est, tout comme trois autres hommes. Il était notamment en possession d'un poignard. La femme, âgée de 61 ans, a pour sa part été arrêtée en Isère. Le dernier l'a été en Ille-et-Vilaine. Ces arrestations ont eu lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 31 octobre par le parquet de Paris pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle». (afp/nxp)

Créé: 08.11.2018, 23h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters