Dimanche 19 janvier 2020 | Dernière mise à jour 11:26

Etats-Unis Migrations: «Progrès significatifs» du Mexique

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a reconnu dimanche «les progrès significatifs» du Mexique dans la lutte contre l'immigration illégale.

Mike Pompeo et Marcelo Ebrard au Mexique dimanche 22 juillet 2019.

Mike Pompeo et Marcelo Ebrard au Mexique dimanche 22 juillet 2019. Image: AFP

Pompeo: «Nous voulons que les gens restent chez eux»

Les Etats-Unis veulent que «les gens restent dans leurs pays» a déclaré dimanche à San Salvador le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à l'issue d'une tournée qui l'a mené auparavant en Argentine en Equateur et a Mexique. La coopération entre les Etats-Unis et le Salvador va se renforcer «à tous points de vue» pour lutter contre l'émigration illégale, ont assuré Mike Pompeo et le président salvadorien Nayib Bukele lors d'une brève rencontre avec la presse à l'issue d'un peu plus d'une heure d'entretien. La lutte contre «les migrations illégales nécessite que nous travaillions ensemble, que nous ayons une plus grande sécurité des frontières», a estimé Mike Pompeo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mike Pompeo a rencontré dimanche au Mexique son homologue Marcelo Ebrard dans le cadre d'une tournée latino-américaine qui l'a conduit notamment en Argentine, en Equateur et au Salvador.

Mike Pompeo «a reconnu les progrès significatifs des opérations mexicaines, conformément à l'accord conclu le 7 juin à Washington entre les deux pays», selon le ministère mexicain des Affaires étrangères.

Le ministère des affaires étrangères américain a ensuite ajouté via un communiqué que Mike Pompeo avait «remercié» M. Ebrard pour «les efforts supplémentaires» en matière de lutte contre l'immigration dont «les premières indications» montrent qu'ils «réduisent l'afflux de migrants illégaux à la frontière» entre le Mexique et les Etats-Unis.

En menaçant son voisin de sanctions douanières, le président américain Donald Trump a obtenu récemment que le Mexique renforce ses contrôles à la frontière, ce qui a permis de réduire les arrivées de 28% en juin. Il a également obtenu que les demandeurs d'asile attendent au Mexique que leur dossier soit traité par les tribunaux américains.

Conditions de vie déplorables

Malgré cette baisse, les postes des garde-frontières et les centres de rétention sont totalement engorgés et les conditions de vie déplorables en leur sein font l'objet de nombreuses critiques.

Tout comme l'Union européenne permet de renvoyer les demandeurs d'asile dans le pays membre par lequel ils sont entrés dans l'UE, les lois américaines prévoient la possibilité de refuser les demandes d'asile des migrants ayant transité par un pays tiers considéré comme «sûr». Mais elles renvoient la définition des pays «sûrs» à la conclusion d'accords bilatéraux.

Le gouvernement américain presse le Mexique et d'autres pays de signer des accords en ce sens, mais se heurte à de fortes réticences. (afp/nxp)

Créé: 22.07.2019, 01h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.