Vendredi 17 novembre 2017 | Dernière mise à jour 18:05

États-Unis Morte au nom de la haine

Un jeune Américain a foncé dans un groupe d’antiracistes venus manifester contre un rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie.

Trump louvoie

«Nous condamnons dans les termes les plus forts possible cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties.»

En renvoyant dos à dos néonazis et antiracistes samedi après l’attaque de Charlottesville et en refusant de condamner les groupes d’extrême droite, Donald Trump a suscité de nombreuses réactions outrées, y compris dans son propre camp.

À l’image du sénateur républicain de Floride, Marco Rubio, qui a tweeté: «Il est très important pour la nation d’entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu’ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs.» Ivanka Trump a, elle, condamné «le racisme, la suprématie blanche et les néonazis».

Finalement, hier, un porte-parole de la Maison-Blanche a précisé que la condamnation des violences par Donald Trump inclut «bien sûr» celles des suprémacistes blancs et des néonazis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Je lui ai dit d’être prudent et de manifester pacifiquement.» Samantha Bloom a donné cet ultime conseil vendredi dernier par SMS à son fils. Celui-ci, James Alex Fields Jr, venait de lui annoncer son intention de participer à la manifestation organisée par la droite nationaliste et identitaire à Charlottesville, en Virginie. Pendant la manifestation, des images le montrent défilant aux côtés de membres de Vanguard America, un groupuscule suprémaciste blanc issu de la mouvance néonazie américaine.

C’est quelques heures plus tard, après que les autorités ont décidé d’écourter la manifestation organisée à l’appel de divers groupes d’extrême droite, que le jeune homme de 20 ans a délibérément foncé avec sa voiture vers un groupe d’antiracistes. Bilan: une femme tuée et une vingtaine de blessés dont certains grièvement.

À l’origine de l’«événement», une marche organisée par divers mouvements issus de l’extrême droite américaine – dont le Ku Klux Klan ou l’Alt-Right, mouvance suprémaciste blanche, antisémite et conspirationniste. Des groupuscules violents qui ont brandi symboles nazis, armes lourdes et torches pour refuser le déplacement d’une statue du général sudiste Robert Lee, considéré comme un défenseur de l’esclavagisme durant la guerre de Sécession.

«Honte à vous»

À l’appel de plusieurs associations antiracistes, une contre-manifestation avait été organisée sur le trajet validé par les autorités de Charlottesville. C’est elle qui a été visée par la voiture meurtrière de James Alex Fields qui a, selon plusieurs témoins, volontairement foncé dans la foule avant de faire marche arrière et de tenter de s’enfuir. Il a été arrêté peu après tout près du lieu du drame.

Dans la soirée de samedi, le gouverneur de Virginie, Terry McAuliffe, a attaqué les groupes d’extrême droite lors d’une conférence de presse. «J’ai un message pour tous les suprémacistes blancs et les nazis qui sont venus aujourd’hui à Charlottesville. Notre message est simple et clair. Rentrez chez vous. Vous n’êtes pas les bienvenus dans cette belle communauté. Honte à vous.» Réactions et messages de soutien se sont d’ailleurs multipliés sur les réseaux sociaux. L’ancien président Barack Obama a choisi les mots de Nelson Mandela: «Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion. Les gens apprennent à haïr et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer.»

Ville pro-Clinton

Plusieurs figures du Parti républicain se sont aussi exprimées à l’image de John McCain qui a déclaré que «les suprémacistes blancs n’étaient pas des patriotes mais des traîtres». Autant de réactions nettes qui tranchent avec celle très ambiguë du président Donald Trump (voir encadré). Si les différents groupuscules avaient choisi Charlottesville, c’est par ce que la petite ville de Virginie – comme d’autres dans le pays –, a décidé de supprimer tous les symboles confédérés.

Avec un vote à plus de 80% pour Hillary Clinton aux dernières élections, la cité représente pour les mouvements d’extrême droite un multiculturalisme et un progressisme provocants. Ce n’est pas la première fois que des manifestations comme celles de samedi y sont organisées. Avec, à chaque fois, la réapparition de sombres références historiques comme des croix gammées, des drapeaux sudistes ou des membres du KKK habillés de leurs tenues originales et torches à la main.

James Alex Fields Jr a été inculpé pour meurtre, blessures et délit de fuite. Interrogée par plusieurs médias, sa maman, Samantha Bloom, a répondu ne pas connaître à son fils d’opinions politiques d’extrême droite. «Il avait même un ami afro-américain», l’a-t-elle défendu… (Le Matin)

Créé: 14.08.2017, 06h47


Sondage

Faut-il préserver le secret bancaire pour les citoyens suisses?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.