Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Editorial Pédophilie à l'Eglise: le pape envoie les victimes au diable!

Incroyable... Pour le pape François, le comportement criminel des prêtres serait une manigance de Satan. Il pose l'Eglise en victime...

Pour le pape François, tout comme pour l'Eglise catholique, le diable n'est pas un symbole du mal, ils «est» le mal personnifié qui profite de la vulnérabilité des hommes de Dieu.

Pour le pape François, tout comme pour l'Eglise catholique, le diable n'est pas un symbole du mal, ils «est» le mal personnifié qui profite de la vulnérabilité des hommes de Dieu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est le diable... L'explication risque de rester en travers de la gorge de pas mal de victimes ou de proches dans le scandale de pédophilie qui secoue l'Eglise catholique depuis des années.

Ce week-end, le pape François n'a pas manqué de phrases chocs pour faire un grand mea culpa au sujet des déviances sexuelles des prêtres: «Dans les abus, nous voyons la main du mal qui n'épargne même pas l'innocence des enfants».

«Instrument de Satan»

Quant au prêtre, à l'évêque ou au prélat qui abusé de sa position pour prendre plaisir avec de jeunes garçons ou des jeunes filles, il dit: «La personne consacrée, choisie par Dieu pour guider les âmes vers le salut, se laisse asservir par sa propre fragilité humaine, ou sa propre maladie, devenant ainsi un instrument de Satan».

Voilà Satan qui vient sur le devant de la scène comme le témoin de dernière minute... A travers lui, les hommes de Dieu voient ainsi leur culpabilité réduite. Qu'en peuvent-ils, s'ils sont les instruments d'une telle force démoniaque ? Cet argument permet de dire que l'Eglise a été pervertie par le mal, alors que fondamentalement, elle ne ferait jamais ça. Finalement, le pape François réussit à poser l'Eglise en victime du diable dans cette affaire... Celui-ci a peut-être aussi instrumentalisé les enfants pour qu'ils poussent les prêtres à la faute... Tout se tient, quand on a un Diable sous la main!

«Blabla pastoral»

Pour les personnes abusées, ce stratagème doit paraître révoltant. Présent sur la place Saint-Pierre et cité par l'AFP, le Vaudois Jean-Marie Fürbringer, l’une des victimes du Père Joël, un capucin pédophile à Saint-Maurice, a fait part de sa déception: «On n'est pas surpris, mais on est déçus. Honnêtement c'est un blabla pastoral, la faute du diable... Ils noient le poisson, ça permet de ne pas aborder directement les problèmes de l'Eglise».

«Satan cherchera à nous séduire»

En réalité, le pape François croit au diable, qui fait partie de l'enseignement traditionnel de l'Eglise. Dans un ouvrage regroupant ses interventions de cardinal, intitulé « Seul l’amour nous sauvera», il affirme clairement l’existence du diable: «Attention: nous ne luttons pas contre des pouvoirs humains, mais contre la puissance des ténèbres. Comme il l'a fait avec Jésus, Satan cherchera à nous séduire, à nous égarer, à nous offrir des alternatives viables».

A d'autres occasions, il a été plus explicite face aux sceptiques dans l'Eglise même: «Dire que l’on a voulu nous faire croire que le diable était un mythe, une figure, une idée, l’idée du mal. Le diable existe et nous devons lutter contre lui».

Et s'il est plus fort que nous ? Tant pis. Il faudra demander aux victimes d'aller porter plainte au diable...

Créé: 24.02.2019, 15h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.