Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:05

Syrie La «solution» d'Assad aussitôt balayée par l'opposition

Le président syrien Bachar al-Assad a proposé dimanche dans un discours que toute sortie de crise en Syrie devrait le maintenir au pouvoir.

Le président syrien a parlé d'un conflit entre «la patrie et ses ennemis, le peuple et ses assassins».

Le président syrien a parlé d'un conflit entre «la patrie et ses ennemis, le peuple et ses assassins». Image: AFP

Le plan d'Assad pour

Voici les principaux axes du plan:

Etape 1:

Les pays armant les «terroristes» s'engagent à arrêter de les financer. Arrêt des opérations «terroristes» pour permettre le retour des réfugiés.- L'armée syrienne met aussitôt fin à ses opérations, tout en conservant le droit de répliquer en cas de menace contre la sécurité nationale.- Mise en place d'un mécanisme permettant de surveiller l'engagement des parties, notamment en ce qui concerne le contrôle des frontières.

Etape 2:

Tenue, sous l'égide du gouvernement, d'une conférence de dialogue national auquel participeront toutes les forces.- Rédaction d'une Charte nationale défendant la souveraineté de la Syrie, son unité et son intégrité territoriale, et rejetant l'ingérence, le terrorisme et la violence.Cette charte doit ensuite être soumise à un référendum.- Organisation d'élections législatives suivies de la formation d'un gouvernement élargi à toutes les composantes de la société, conformément à la Constitution, en charge de faire appliquer la Charte nationale (sans évoquer d'élection présidentielle).

Etape 3:

Formation d'un gouvernement conformément à la Constitution.- Tenue d'une conférence nationale de réconciliation et amnistie générale pour toutes les personnes détenues en raison des événements.- Reconstruction des infrastructures.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président syrien Bachar al-Assad a proposé dimanche un plan "politique" impliquant son maintien au pouvoir, une solution aussitôt rejetée par l’opposition, exigeant son départ comme préalable à toute solution au conflit sanglant qui déchire le pays depuis 21 mois.

Dans sa première allocution en sept mois, Bachar al-Assad s’est montré inflexible, assurant encore une fois que le conflit qui a fait, selon l’ONU, plus de 60'000 morts, n’opposait pas le pouvoir et l’opposition mais "la patrie et ses ennemis" qui souhaitent sa partition.

Le discours de Bachar al-Assad a provoqué les réactions outrées de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et des Etats-Unis, Londres dénonçant son "hypocrisie", Washington estimant qu’il est "déconnecté de la réalité".

Devant un parterre de partisans réunis à la maison de la culture et des arts, Bachar al-Assad a appelé à un dialogue pour lequel il a affirmé ne pas avoir trouvé jusqu’à présent de "partenaire".

Depuis qu’a éclaté en mars 2011 une révolte populaire devenue guerre civile, Damas affirme combattre des "terroristes" armés et financés par l’étranger.

Refusant de négocier avec "des gangs qui prennent leurs ordres de l’étranger", Bachar al-Assad a proposé un plan en trois étapes qui commencera par un engagement des pays finançant les "terroristes" "à arrêter".

Aussitôt après, l’armée cessera ses opérations, a-t-il promis, "tout en conservant le droit de répliquer".

«Sortir Bachar al-Assad»

Dans ces conditions seulement s’ouvrira "une conférence de dialogue national", a-t-il poursuivi. Cette conférence devra rédiger une "Charte nationale" qui sera soumise à référendum, tandis qu’un nouveau Parlement et un nouveau gouvernement émergeront des urnes.

Toute transition doit "se faire selon les termes de la Constitution", a-t-il insisté, en faisant référence à des élections. Samedi, le quotidien libanais pro-syrien Al-Akhbar affirmait que Bachar al-Assad posait comme condition sine qua non la possibilité pour lui d’être candidat à sa propre succession en 2014.

Mais l’opposition a aussitôt rejeté ce plan, dont aucune échéance n’est précisée, accusant le chef d’Etat de vouloir choisir ses interlocuteurs et de chercher à se maintenir au pouvoir.

Le porte-parole de la Coalition de l’opposition, Walid al-Bounni, a affirmé, à Beyrouth, que l’opposition souhaitait "une solution politique, mais l’objectif pour les Syriens est de sortir (Bachar al-Assad) et ils ont déjà perdu pour cela plus de 60'000 martyrs (...) ils n’ont pas fait tous ces sacrifices pour permettre le maintien du régime tyrannique".

Alors que Bachar al-Assad a présenté pour la première fois une feuille de route aussi détaillée pour une sortie de crise, les Frères musulmans syriens, importante force d’opposition, ont estimé dans un communiqué que ce plan ne représentait "rien", qualifiant le dirigeant de "criminel de guerre devant être jugé".

Sur Twitter, le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a estimé que les "vaines promesses de réformes" de Bachar al-Assad"ne trompent personne", estimant que le discours du président allait "au-delà de l’hypocrisie". Berlin a regretté qu’il n’exprime "aucune nouvelle prise de conscience".

«Déconnectée de la réalité»

Pour Washington, le discours de Bachar al-Assad "est une nouvelle tentative du régime pour s’accrocher au pouvoir (...). Son initiative est déconnectée de la réalité", selon la porte-parole de la diplomatie, Victoria Nuland.

L’Union européenne l’a exhorté à se retirer pour permettre "une transition politique". Sur le terrain, au moins 78 personnes, dont 36 civils, 22 rebelles et 20 soldats ont trouvé la mort dimanche, selon un bilan provisoire de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Bachar al-Assad avait prononcé son dernier discours le 3 juin devant le Parlement, et s’était depuis exprimé dans des médias turc puis russe, martelant à chaque fois que son pays faisait face "à une véritable guerre menée de l’étranger" et se posant comme un rempart contre le "terrorisme".

Son discours intervient alors que le ballet diplomatique semble s’intensifier depuis quelques semaines, notamment dans la région. (ats/nxp)

Créé: 06.01.2013, 14h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.