Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:37

Coin du feu Pour Macron, la Suisse «n'est pas du tout un exemple...»

S'exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président écarte toute idée que la France s'inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu'on le pense».

Emmanuel Macron s'exprime ici dans un des «Grand débat» organisés ces dernières semaine à la suite de la crise des gilets jaunes.

Emmanuel Macron s'exprime ici dans un des «Grand débat» organisés ces dernières semaine à la suite de la crise des gilets jaunes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On n'est pas du tout fait pour ça. Je crois aux identités profondes des peuples.» Le président français Emmanuel Macron a invité jeudi soir quelques journalistes pour participer à une «discussion au coin du feu», une première dans son mandat. Le journaliste du «Point », Emmanuel Berretta, a participé à cette causerie dans laquelle il a été question de la démocratie suisse. Une des revendications des gilets jaunes est d'introduire un «référendum d'initiative citoyenne» (RIC), s'inspirant plus ou moins de la tradition helvétique.

Le journaliste a pu constater combien cette idée ne trouvait pas grâce aux yeux du président: «La Suisse, et son recours fréquent aux «votations populaires», n'est absolument pas le modèle qu'Emmanuel Macron veut prendre en exemple. Lors de la conversation au coin de feu que nous avons eue avec lui, jeudi, il a écarté fermement cette solution, tout comme il avait déjà fermé la porte au RIC.»

«Un modèle inadapté»

Emmanuel Macron insiste donc sur «l'identité profonde des peuples », ce qui veut dire, selon ses propos rapportés par «Le Point», que «La France n'est pas la Suisse et la Suisse ne marche pas aussi bien qu'on le pense. Le modèle suisse est inadapté. La Suisse, c'est 6 millions de personnes... Et d'ailleurs les Suisses, comme disait je ne sais plus qui, ils commencent toujours avec des questions de gauche et ils finissent avec des réponses de droite».

«La France n'est pas la Suisse»

Au-delà de cette boutade (et le fait que la Suisse compte 8 millions de personnes aujourd'hui), le président a insisté sur les différences fondamentales avec la France: «La Suisse a un système confédéral, avec une présidence tournante, des équilibres politiques très différents, un rapport différent à l'ouverture et la fermeture, une acceptation des inégalités, un rapport au monde qui est profondément différent. [...] Nous sommes un peuple violent, depuis des siècles et des siècles. La France n'est pas la Suisse.»

Et, effectivement, la Suisse n'est pas la France, en tout cas pour ce qui est de cette violence séculaire...

Créé: 01.02.2019, 11h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.