Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 11:42

Inde Pour vérifier leurs règles, l'Uni déshabille ses étudiantes

Une université hindoue a contraint des dizaines d'étudiantes à se dévêtir afin de vérifier si elles avaient leur règles, le règlement les obligeant à s'isoler pendant le cycle menstruel.

Les jeunes femmes du Sahajanand Girls Institute (ouest de l'Inde) doivent rester à l'écart en période menstruelle. (Photo d'illustration)

Les jeunes femmes du Sahajanand Girls Institute (ouest de l'Inde) doivent rester à l'écart en période menstruelle. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines d'étudiantes indiennes ont été forcées de se déshabiller cette semaine dans une université hindoue afin de vérifier si elles avaient leurs règles, le règlement intérieur les obligeant à se mettre à l'écart pendant leur menstruation, ont rapporté vendredi les médias et un responsable de l'établissement.

Les faits se sont produits lundi au Sahajanand Girls Institute de la ville de Bhuj dans l'État du Gujarat (ouest de l'Inde), établissement tenu par la secte hindoue Swaminarayan. Celle-ci gère aussi de somptueux temples à travers le monde, dont un à Londres.

L'enquête est partie de la découverte d'une serviette hygiénique usagée dans un jardin devant l'université. Son règlement intérieur interdit aux jeunes femmes de rester dans les résidences étudiantes en période menstruelle et les oblige à s'isoler dans un sous-sol, ainsi qu'à rester à l'écart de la cuisine et du lieu de culte.

Elles doivent également s'asseoir au fond de la classe durant les cours.

Les responsables de l'université ont aligné 68 étudiantes dans les toilettes et leur ont ordonné une à une de se déshabiller, ont raconté les étudiantes à la presse locale.

«Il n'y a pas de mots pour décrire l'humiliation que nous avons vécue», a déclaré jeudi à des journalistes une étudiante qui faisait partie de celles manifestant leur colère jeudi devant l'établissement.

L'université a lancé une enquête et a indiqué qu'elle pourrait prendre des mesures contre ses employés à l'origine de cet examen.

«Les filles ont été informées du règlement de la résidence avant leur admission», a cependant soutenu auprès de l'AFP le responsable universitaire Pravin Pindoria. «J'ai convoqué une réunion du comité administratif qui prendra des mesures contre les personnes responsables», a-t-il ajouté.

Les règles féminines restent un tabou profondément ancré en Inde. Dans certaines zones rurales, les femmes doivent vivre à l'écart de la communauté pendant toute leur durée. Elles sont également interdites d'entrée dans certains temples durant leur menstruation. (afp/nxp)

Créé: 14.02.2020, 12h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.