Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 14:54

Brésil Il prend un bus en otage, il est abattu

Un homme armé a retenu en otages plusieurs dizaines de personnes dans un bus de Rio de Janeiro, mardi, au Brésil.

Le bus contenait 31 personnes.

Le bus contenait 31 personnes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police a abattu l'homme qui retenait mardi 31 passagers d'un bus, a annoncé un porte-parole, quatre heures environ après le début de la prise d'otages sur le grand pont reliant Rio de Janeiro à la ville voisine de Niteroi.

«Il a été nécessaire de tirer sur (l'homme) pour neutraliser ce marginal et sauver les personnes dans l'autobus», a déclaré à la télévision Globo le colonel Mauro Fliess, ajoutant: «il est mort dans le bus».

Le porte-parole a précisé que 31 personnes étaient retenues en otages dans le bus au moment du dénouement, et non pas 16 comme précédemment indiqué.

Des applaudissements

La police menait des négociations avec l'inconnu, lorsque des coups de feu ont été entendus, a rapporté la télévision Globo, provoquant des applaudissements de la foule de curieux rassemblée près de la scène.

La prise d'otages avait commencé vers 05h30 heure locale (10h30 GMT), et six passagers avaient été par la suite relâchés, pour être recueillis par des ambulances dépêchées sur place.

De nombreux policiers étaient présents, y compris des tireurs d'élite. Le ravisseur, selon le porte-parole de la police, portait une arme factice.

Motivations inconnues

On ignorait les motivations et les exigences de l'inconnu, un homme jeune vêtu d'un t-shirt blanc et d'un pantalon foncé qui a passé brièvement la tête par une fenêtre. «La priorité absolue est la protection des otages», avait tweeté avant l'épilogue le gouverneur de l'Etat de Rio, Wilson Witzel.

Rares prises d'otages

La circulation automobile sur l'immense pont de 13 km qui relie Rio à Niteroi en enjambant la baie de Guanabara, extrêmement dense en ce début de matinée, a été paralysée. Les prises d'otages dans des autobus sont relativement rares au Brésil.

(afp/nxp)

Créé: 20.08.2019, 13h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.