Jeudi 21 juin 2018 | Dernière mise à jour 23:42

Justice Quand Tariq Ramadan se sert du «Matin»

Face aux juges, l’islamologue a affirmé avoir été élu «l’un des hommes les plus sexy au monde» par «Le Matin». Une déclaration presque vraie et pas innocente.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans le contexte actuel, sa déclaration est pour le moins surprenante. Ce contexte, c’est Tariq Ramadan interrogé mardi par des juges d’instruction français. C’est un théologien genevois incarcéré depuis plus de quatre mois, mis en examen pour deux viols et accusé d’autres agressions sexuelles. Quant à sa déclaration révélée par «Le Parisien», la voici: «Je vais vous dire un truc: en 2005, j’ai été élu parmi les sept hommes les plus sexy du monde par un journal suisse, «Le Matin»…

Aux côtés de Clooney ou Bardem

À quoi fait-il référence? L’article date, on comprend donc que la mémoire de Tariq Ramadan lui joue quelques tours. Il ne s’agit pas d’un sujet publié en 2005 mais trois ans plus tard, en septembre 2008. Et il n’est pas paru dans les colonnes du «Matin» mais dans celles de feu son petit frère, «Le Matin Bleu».

Pour le reste, c’est exact. En contre-pied aux sempiternels classements des femmes les plus désirables de la planète, la rubrique people du journal, en toute subjectivité mais «après de longues heures de délibération», avait choisi les «7 mecs les plus sexy du monde». Tariq Ramadan côtoyait par exemple les acteurs George Clooney, Jude Law ou Javier Bardem. Et on célébrait «les yeux revolvers, le regard qui tue» du Genevois.

Voici la publication de 2008.

Pourquoi diable a-t-il déterré cet article de sa mémoire? Ce n’est pas innocent. Durant ce même interrogatoire, explique «Le Parisien», Tariq Ramadan a dit avoir entretenu cinq relations extraconjugales. Dont une avec Mounia, la troisième plaignante. Et une qui aurait duré de 2005 à 2009 avec une Romande. Consentante. Mais la liaison s’est mal terminée, selon la «Tribune de Genève» d’hier. Cette femme dit avoir subi des menaces. «Tu parles encore une fois de moi, tu continues à médire et salir sur le Net ou dans tes milieux et c’est la foudre juridique qui s’abat sur toi. Dernier avertissement. Disparais et tais-toi», lui aurait-il écrit.

«C'est moi qui suis harcelé»

Quoi qu’il en soit, Tariq Ramadan a affirmé devant les juges que ses cinq liaisons avaient toutes été consenties, avec des femmes «en mesure de dire non». «Ce sont des femmes qui viennent me chercher. Je n’étais pas seulement sollicité comme un intellectuel, mais aussi comme un homme», a-t-il soutenu, soulignant même: «C’est moi qui suis harcelé.»

S’il s’agit bien de rapports entre adultes consentants relevant de sa vie privée, le théologien les a mis sur la table dans un but évident: tenter de démontrer qu’il n’a jamais eu besoin de contrainte ou de violence pour avoir des rapports sexuels. C’est certainement dans la même logique qu’il a évoqué l’article du «Matin Bleu»: «Je suis jugé sexy, je plais, pourquoi je violerais?» Reste à savoir si l’argument a porté. (Le Matin)

Créé: 09.06.2018, 11h37

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.