Mercredi 23 août 2017 | Dernière mise à jour 08:15

Etats-Unis Quand un premier ministre se moque de Trump

Dans un enregistrement avec des journalistes, le premier ministre australien s'est payé la tête du président américain en imitant ses tics de langage.

Malcolm Turnbull parodie une discussion qu'il a eu avec le président américain, il y a quelques mois.

Malcolm Turnbull parodie une discussion qu'il a eu avec le président américain, il y a quelques mois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La parodie de Malcolm Turnbull sur Donald Trump intervient quelques mois après une conversation téléphonique tendue entre les deux dirigeants.

Dans un enregistrement audio d'une rencontre avec des journalistes à Canberra mercredi, on entend Malcolm Turnbull se moquer de la façon de parler caractéristique du président américain, et faire aussi allusion à l'affaire russe.

«Le Donald et moi, on gagne et on gagne dans les sondages», dit-il. «On gagne tant. On gagne comme on n'a jamais gagné auparavant. Oui on gagne, on gagne. Pas les faux sondages. Pas les faux sondages. Ceux-là, on ne les gagne pas», ajoute-t-il, suscitant les rires de l'assistance. Il s'exprimait lors du Mid-Winter Ball de Canberra, gala de charité auquel participent hommes politiques et journalistes et pendant lequel fusent souvent les plaisanteries. «On gagne dans les vrais sondages. Vous savez, les sondages en ligne. Ils sont si faciles à gagner».

«Bonne humeur affectueuse»

Cet événement est normalement «off», c'est-à-dire que la presse n'est pas supposée publier ce qu'il s'y dit. Mais le chef du service politique de la chaîne privée Channel Nine, qui ne participait pas à la soirée, a reçu un enregistrement et a décidé de le diffuser.

Malcolm Turnbull a tenté jeudi de minimiser ses dires. «Mon discours a été prononcé dans la bonne humeur, une bonne humeur affectueuse», a-t-il assuré à la radio 3AW de Melbourne.

La fuite constitue «un manquement au protocole, au contrat de confiance», a-t-il poursuivi. «Mais on était dans la bonne humeur, c'était affectueux et la cible des vannes, c'était moi-même».

L'ambassade US «comprend»

L'ambassade des Etats-Unis a dit comprendre le côté léger de la situation. «Nous sommes conscients que l'événement d'hier soir est l'équivalent de notre propre dîner des correspondants de la Maison Blanche», a-t-elle déclaré dans un communiqué cité par Channel 9. «Nous prenons ceci avec la bonne humeur qui convient».

Le mois dernier à New York, Donald Trump a scellé sa réconciliation avec Malcolm Turnbull en réaffirmant la «formidable amitié» américano-australienne qui avait été ébranlée en janvier.

Selon les médias, un Donald Trump furieux avait alors écourté une conversation téléphonique avec le Premier ministre australien à cause d'un accord conclu avec l'administration Obama sur l'accueil aux Etats-Unis de réfugiés relégués par l'Australie dans des camps au large.

Dans un autre enregistrement, Malcolm Turnbull se moque également de la controverse sur les liens supposés entre l'entourage de M. Trump et la Russie. «J'ai ce (contact) russe. Croyez-moi, c'est vrai. C'est vrai», lance le premier ministre. (ats/nxp)

Créé: 15.06.2017, 13h43


Sondage

Faut-il supprimer les places de parc gratuites pour libérer les centres-villes des voitures?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.