Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:38

Etats-Unis Trump se déchaîne après de nouvelles révélations

Le président américain s'est défoulé samedi sur Twitter après avoir lu l'article du New York Times sur l'enquête du FBI.

Le New York Times a publié un nouvel article sur l'enquête du FBI sur le lien entre Trump et la Russie.

Le New York Times a publié un nouvel article sur l'enquête du FBI sur le lien entre Trump et la Russie. Image: Keystone

Pour Trump, le «shutdown» historique pourrait être réglé en 15 minutes

Le président Donald Trump a assuré samedi que le «shutdown» qui paralyse partiellement depuis trois semaines les administrations fédérales des Etats-Unis, et qui est devenu le plus long de l'histoire du pays, pourrait être «réglé en 15 minutes». Il a aussi mentionné des critiques dans le Washington Post sur son absence de plan pour relancer le gouvernement. «En fait, il n'y a presque personne à la Maison Blanche, sauf moi, et j'ai un plan pour le shutdown», a-t-il écrit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un «menteur», une «vraie ordure», un «flic véreux»: Donald Trump s'en est violemment pris samedi à l'ancien directeur du FBI James Comey après de nouvelles révélations du New York Times sur l'ouverture en 2017 d'une enquête de la police fédérale pour déterminer s'il travaillait pour le compte de la Russie. «Wow, je viens d'apprendre dans le défaillant New York Times que les anciens dirigeants corrompus du FBI, presque tous limogés ou forcés à quitter l'agence pour de très mauvaises raisons, ont ouvert une enquête sur moi, sans aucune raison ni preuve, quand j'ai viré ce menteur de James Comey, une vraie ordure!», a tweeté de bon matin le président des Etats-Unis.

Selon le New York Times, l'enquête de la police fédérale américaine a été rapidement fusionnée avec celle ouverte par le procureur spécial Robert Mueller sur des soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne du candidat républicain à l'élection présidentielle de 2016.

L'enquête du FBI

Le FBI a ouvert son investigation, qui comportait un volet de contre-espionnage et un volet criminel, à la suite du limogeage de son directeur James Comey par Donald Trump en mai 2017, rapporte le quotidien new-yorkais, citant des sources anonymes.

Le volet contre-espionnage devait déterminer si le milliardaire avait consciemment ou inconsciemment travaillé pour Moscou, et le volet criminel portait sur le limogeage de James Comey, écrit le journal, selon lequel on ignore si les investigations sur l'aspect contre-espionnage se poursuivent actuellement.

Toujours selon le New York Times, le FBI a eu des soupçons sur d'éventuels liens de M. Trump avec la Russie dès la campagne présidentielle de 2016. Mais il n'a pas ouvert d'enquête jusqu'à ce que le président limoge M. Comey, qui avait refusé de lui prêter allégeance et de mettre fin à de premières investigations sur une éventuelle collusion avec la Russie. Contacté par l'AFP, le FBI n'a pas souhaité faire de commentaire sur le sujet.

«Un nullard partisan»

«Le FBI était en pleine tourmente (...) en raison de la mauvaise gestion de Comey à sa tête», a commenté samedi Donald Trump sur Twitter. «Mon limogeage de James Comey a été un grand jour pour l'Amérique. C'était un flic véreux», a-t-il ajouté, évoquant dans un autre tweet «les ratés qui ont essayé de (lui) jouer un tour».

«C'est absurde. James Comey a été limogé parce que c'est un nullard partisan et discrédité», a renchéri la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders. «L'idée contenue dans l'article du New York Times selon laquelle le président Trump était une menace pour la sécurité des Etats-Unis est ridicule en soi et ne mérite pas de réponse», a déclaré de son côté le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un entretien à la chaîne CBS.

Personnellement visé par le locataire de la Maison Blanche, l'ex-patron du FBI James Comey a répondu d'un simple tweet reprenant une célèbre citation de l'ancien président Franklin D. Roosevelt: «Je vous demande de me juger par les ennemis que je me suis fait».

Donald Trump, qui nie catégoriquement toute collusion avec la Russie, critique régulièrement l'enquête de Robert Mueller --un ancien directeur du FBI--, qu'il considère comme une «chasse aux sorcières» et une machination visant à délégitimer sa présidence.

De multiples inculpations

L'enquête russe a débouché sur de multiples inculpations et sur des condamnations de proches collaborateurs du président. Son ancien avocat Michael Cohen a été condamné à trois ans de prison, notamment pour infractions à la législation sur le financement des campagnes électorales. Paul Manafort, qui a été un temps directeur de l'équipe de campagne de M. Trump, a lui été jugé coupable de malversations financières liées à des activités en Ukraine antérieures à la présidentielle de 2016. Et Michael Flynn, ancien conseil à la sécurité nationale du président, a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs sur ses liens avec des responsables russes. (afp/nxp)

Créé: 12.01.2019, 18h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.