Jeudi 21 février 2019 | Dernière mise à jour 13:59

Etats-Unis Un condamné à mort qui réclamait son exécution, se suicide

Un Américain condamné à la peine capitale pour meurtre dans le Nevada et qui avait demandé en vain à être exécuté à plusieurs reprises s'est finalement suicidé.

Scott Dozier.

Scott Dozier. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Scott Dozier, 48 ans, a été retrouvé mort pendu dans sa cellule de la prison d'Ely, dans l'ouest des Etats-Unis, a indiqué l'administration pénitentiaire du Nevada dans un communiqué. Une autopsie doit confirmer les causes du décès.

Trafiquant de drogue, Scott Dozier avait été condamné pour le meurtre d'un de ses associés, qu'il avait décapité en 2002 et dont le torse avait été découvert à Las Vegas dans une valise. Il a également été reconnu coupable du meurtre d'un autre complice, dont les restes ont été découverts enterrés dans le désert.

Assez médiatisé, le condamné avait à plusieurs reprises dans des interviews télévisées exprimé le souhait d'être exécuté et il avait renoncé à toutes les procédures d'appel qui s'offraient à lui. Son exécution avait été programmée en juillet dernier, à l'aide d'une injection létale contenant du fentanyl, une substance opiacée aussi puissante que controversée.

Exécution suspendue

Ironie du sort, l'exécution du trafiquant de drogue avait été annulée quelques heures avant l'instant fatidique à la demande d'un laboratoire fabriquant l'un des trois médicaments faisant partie du cocktail mortel qui devait lui être injecté.

Le laboratoire Alvogen, fabriquant du sédatif midazolam, craignait pour «sa réputation commerciale» et l'impact négatif qu'aurait pu avoir cette exécution sur «les relations avec ses investisseurs et clients». L'industriel avait donc porté plainte pour l'empêcher. Sans la suspension de cette exécution, le Nevada aurait été le premier Etat américain à tuer un prisonnier en utilisant du fentanyl.

Le fentanyl fait partie de ces médicaments antidouleur très puissants de la famille des opiacés qui ont provoqué une crise de santé publique sans précédent aux Etats-Unis, en plongeant de nombreux patients dans une situation de dépendance et en les poussant vers la toxicomanie. Il est considéré comme responsable de la mort de plus de 20'000 personnes aux Etats-Unis en 2016.

Vingt-cinq personnes au total ont été exécutées aux Etats-Unis en 2018, loin du pic de 1999, avec 98 exécutions. Si la peine de mort est autorisée dans 31 Etats, seulement huit d'entre eux l'ont pratiquée l'an dernier. (ats/nxp)

Créé: 08.01.2019, 21h30

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.