Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 06:48

Répression en Syrie Au moins 27 morts dans des attentats à Damas

Deux attaques, attribuées par les autorités syriennes à des «terroristes», ont fait au moins 27 morts et 140 blessés. Plusieurs analystes ont affirmé que l'Arabie saoudite et le Qatar ont une responsabilité dans ces attentats.

Des Syriens sur le lieu de l'attaque qui a visé la direction de la police criminelle.

Des Syriens sur le lieu de l'attaque qui a visé la direction de la police criminelle. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D'autre part, un diplomate arabe a annoncé samedi sous le couvert de l'anonymat que «du matériel militaire saoudien» était en route pour la Jordanie afin d' «équiper l'Armée syrienne libre (ASL)». Il n'a pas fourni de précisions sur ce matériel.

Le porte-parole du gouvernement jordanien et ministre de l'Information, Rakan Majali, a qualifié cette information de «complètement infondée». «La Jordanie n'a ni discuté ni évoqué la question avec une quelconque partie», a-t-il insisté.

Alors que la communauté internationale a jusqu'à présent échoué à trouver un accord pour faire cesser les violences, qui ont fait plus de 8000 morts et 230'000 déplacés en un an de révolte, selon les chiffres des Nations Unies, l'Arabie saoudite et le Qatar avaient appelé à armer les rebelles. Une idée rejetée par de nombreux pays.

Sanglant attentat à Damas

En début de matinée samedi, l'explosion à Damas de deux voitures piégées a fait 27 morts, en majorité des civils, et 140 blessés, selon la chaîne d’État, citant le ministère de l'intérieur. «L'Arabie saoudite nous envoie des terroristes!», ont affirmé des témoins interrogés par la télévision d’État.

Plusieurs analystes invités sur le plateau de la télévision syrienne ont accusé l'Arabie saoudite et le Qatar d'avoir une responsabilité «politique, juridique et religieuse» dans ces attentats. Selon la télévision officielle, les explosions visaient deux centres de la police et des renseignements.

Sur les premières images diffusées sur la chaîne officielle, on pouvait voir un corps calciné à bord d'une voiture encore fumante, présenté comme celui d'un «terroriste». Le sol était couvert de flaques de sang et des colonnes de fumée s'élevaient d'un bâtiment, dans un chassé-croisé d'ambulances.

Aucune revendication n'a été formulée après cette double explosion qui survient au surlendemain du premier anniversaire du soulèvement contre le régime de Bachar al Assad.

Depuis fin décembre, plusieurs attentats ont déjà fait des dizaines de morts en Syrie, essentiellement à Damas et à Alep (nord), les deux plus grandes villes du pays. Autorités et militants anti-régime se sont renvoyé la responsabilité de ces attaques.

Nouvelle coalition

Parallèlement aux attaques à Damas, deux policiers et huit civils ont péri samedi en Syrie, au lendemain de la mort de 18 personnes à travers le pays.

Dans les provinces d'Idleb (nord-ouest) et de Homs (centre), où l'armée a récemment repris deux bastions de la rébellion au prix de pilonnages dévastateurs, les militants ont affirmé qu'un «calme relatif» était revenu.

Sur le plan politique, cinq groupes de l'opposition ont annoncé à Istanbul la fondation d'une nouvelle coalition, indépendante du Conseil national syrien (CNS), qui ambitionne de regrouper la plupart des courant de l'opposition, confirmant les difficultés des opposants à former un front uni.

Manifestations internationales

Vendredi, l'émissaire international Kofi Annan, a annoncé l'envoi d'experts pour négocier la mise en place d'une mission d'observation. Ces experts, attendus dimanche à Damas, doivent finalement arriver lundi.

A Beyrouth, plusieurs centaines de personnes ont participé à une manifestation hostile au régime au pouvoir en Syrie, ancienne puissance de tutelle au Liban. Aux États-Unis, quelque 4000 personnes ont réclamé «l'arrêt du massacre en Syrie» devant la Maison Blanche à Washington.

A Genève, environ 200 personnes ont manifesté en soutien au peuple syrien. D'abord réunis à la place des Nations, les manifestants ont marqué une minute de silence en hommage aux morts avant de gagner le centre ville où une veillée était organisée. (ats/afp/Reuters/nxp)

Créé: 17.03.2012, 08h42


Sondage

La rente à vie que va toucher Pierre Maudet vous choque-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.