Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 20:00

Royaume-Uni Un mouvement pro-Brexit échappe aux poursuites

La justice britannique ne poursuivra finalement pas le mouvement Leave.EU pour irrégularités dans ses dépenses de campagne lors de 2016.

Cameron ne regrette pas le référendum, mais y pense

David Cameron, qui restera dans l'Histoire comme le Premier ministre britannique par lequel est arrivé le Brexit, a dit ne pas regretter d'avoir organisé le référendum sur la sortie de l'Union européenne. Cela même s'il pense «tous les jours» à ses conséquences.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mouvement pro-Brexit Leave.EU, fondé par le millionnaire Arron Banks, ne fera pas l'objet de poursuites pénales pour des irrégularités dans ses dépenses de campagne lors du référendum sur la sortie de l'UE en 2016. C'est ce qu'a annoncé vendredi la police britannique.

«Si des infractions techniques à la loi électorale ont été commises par Leave.EU dans ses déclarations de dépenses électorales (...), les preuves sont insuffisantes pour justifier une enquête pénale plus approfondie», a indiqué la police.

En mai 2018, la Commission électorale britannique avait infligé à Leave.EU une amende de 70'000 livres (79'000 euros) pour un dépassement du plafond des dépenses de campagne et des déclarations de dépenses incomplètes ou inexactes. Elle avait signalé l'affaire à la police.

«Collusion politique»

Arron Banks a réagi vendredi en réclamant la démission du président de la Commission électorale, coupable à ses yeux de «collusion politique» avec des députés pro UE. Mais un porte-parole de la Commission électorale a souligné que la décision de la police ne modifiait «en rien les conclusions de l'enquête de la Commission», et que Leave.EU avait été débouté après avoir contesté celles-ci en appel.

En février, Leave.EU et la compagnie d'assurance Eldon Insurance, détenue par Arron Banks, avaient été condamnés à des amendes totalisant 120'000 livres pour des manquements à la protection des données par le régulateur britannique ICO.

Leave.EU a vu le jour en 2015 pour défendre une sortie du Royaume-Uni de l'UE. Le mouvement n'avait pas été choisi par la Commission électorale pour être la campagne officielle du camp des pro Brexit mais, très présent sur les réseaux sociaux, il avait été décisif dans le vote des Britanniques en faveur du Brexit à 52%. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2019, 23h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.