Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:37

Nucléaire Accord sur l'Iran: Trump toujours indécis

Le président américain réfléchit actuellement à la proposition d'Emmanuel Macron concernant un accord élargi sur le nucléaire Iranien.

Emmanuel Macron a évoqué le nucléaire iranien avec Donald Trump lors de son voyage officiel aux USA.

Emmanuel Macron a évoqué le nucléaire iranien avec Donald Trump lors de son voyage officiel aux USA. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump n'a pas encore pris de décision sur le sort de l'accord nucléaire iranien, a indiqué dimanche John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain.

«Il n'y a pas encore de décision à ce sujet», a dit M. Bolton, interviewé sur la chaîne Fox alors que M. Trump doit annoncer d'ici le 12 mai si, comme il l'a maintes fois promis, il «déchire» ce texte signé en juillet 2015 après d'âpres négociations. Le président américain «est certainement en train d'examiner» la proposition de son homologue français Emmanuel Macron sur l'ouverture de négociations sur un nouvel accord élargi, a-t-il ajouté.

Quatre piliers

M. Macron a proposé en début de semaine au président américain de préserver l'accord d'origine qui deviendrait le premier des «quatre piliers» d'un futur texte. Les autres «piliers» concernent l'après-2025, quand certaines clauses concernant les activités nucléaires vont expirer, mais aussi les missiles balistiques très controversés de Téhéran et son rôle jugé «déstabilisateur» dans la région «C'est, je pense, quelque chose qui intéresse le président et qui vaut la peine d'y réfléchir», a précisé M. Bolton.

Position de l'Arabie saoudite

L'Arabie saoudite a souligné dimanche vouloir un durcissement de l'accord sur le nucléaire iranien alors que le nouveau chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo était sur place.

«L'Arabie saoudite soutient les efforts visant à améliorer l'accord sur le nucléaire iranien et nous pensons que l'interdiction de l'enrichissement de l'uranium doit être illimitée», a déclaré le ministre saoudien des affaires étrangères Adel al-Jubeir à la presse, au terme de la première visite dans la région de Mike Pompeo, qui devait continuer son périple en direction d'Israël. «Nous pensons également qu'il faut intensifier les inspections», a poursuivi M. Jubeir. Ce dernier a aussi recommandé davantage de sanctions contre l'Iran pour «ses violations des décisions internationales sur les missiles balistiques, son soutien au terrorisme et ses ingérences dans les affaires des pays de la région».

«L'Iran déstabilise toute la région», a corroboré Mike Pompeo. «Il (l'Iran) soutient des milices et des groupes terroristes. Il est un marchand d'armes pour les rebelles houthis au Yémen. Il soutient aussi le régime meurtrier d'Assad (en Syrie)», a-t-il martelé, alors que le sujet devait revenir sur la table dimanche soir lors d'entretiens avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Un accord utile

Les dirigeants britanniques, français et allemands ont estimé dimanche que l'accord sur le nucléaire iranien est le meilleur moyen d'empêcher Téhéran d'acquérir des armes nucléaires. L'annonce a été faite à Londres par le bureau de la première ministre britannique. Theresa May s'était entretenue auparavant au téléphone avec Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Les trois principales puissances européennes signataires de l'accord de Vienne sont toutefois d'accord pour dire que le texte pourrait être amendé et élargi pour que la question des missiles balistiques de Téhéran soit par exemple abordée.

Les trois dirigeants «se sont engagés à continuer à travailler en étroite collaboration, ainsi qu'avec les Etats-Unis, sur la manière d'aborder les difficultés posées par l'Iran, y compris ces questions qu'un nouvel accord pourrait couvrir», lit-on dans le communiqué du 10 Downing Street.

Le président américain Donald Trump, qui n'a cessé de critiquer l'accord de juillet 2015 qui encadre les activités nucléaires de l'Iran en échange de la levée de certaines sanctions, a donné aux signataires jusqu'au 12 mai pour «réparer les affreuses erreurs» de ce texte, faute de quoi il refusera de prolonger l'assouplissement des sanctions américaines contre la République islamique. (ats/nxp)

Créé: 29.04.2018, 16h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.