Samedi 24 août 2019 | Dernière mise à jour 01:13

Etats-Unis Accusée d'ingérence, une Russe risque 18 mois

Les procureurs américains ont requis une peine de 18 mois de prison contre une Russe, qui coopère depuis son arrestation.

Elle a été inculpée pour «complot» en vue de «promouvoir les intérêts de la Russie».

Elle a été inculpée pour «complot» en vue de «promouvoir les intérêts de la Russie». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les procureurs américains ont requis une peine de 18 mois de prison contre une Russe, qui avait noué des contacts dans l'appareil politique américain et reconnu avoir agi au profit du Kremlin. La femme de 30 ans coopère avec la justice depuis qu'elle a plaidé coupable en décembre.

Inculpée pour «complot» en vue de «promouvoir les intérêts de la Russie» après son arrestation en juillet 2018, elle est la première Russe dont la culpabilité a été reconnue par les enquêtes portant sur les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis. Moscou a dénoncé des accusations américaines «infondées» et une «inquisition politique».

Dans des documents transmis au tribunal à Washington vendredi soir, les procureurs ont expliqué ne recommander que 18 mois en raison «de son aide conséquente aux forces de l'ordre».

La NRA visée

La jeune femme, originaire de Sibérie, s'était fait remarquer du lobby conservateur américain en militant pour une organisation pro-armes russe, le «droit aux armes». Sur les réseaux sociaux, elle dénonçait la stricte régulation sur les armes dans son pays, posant souvent avec un pistolet à la main.

Lors de visites aux Etats-Unis, elle avait rencontré dès 2015 des responsables de la National Rifle Association (NRA), le plus grand lobby des armes américain, largement allié au parti républicain. Selon l'accusation, elle travaillait sous la direction d'Alexandre Torchine, un responsable politique et banquier proche du président russe Vladimir Poutine. L'homme est sous le coup de sanctions américaines depuis avril.

En Russie, un Américain a été arrêté fin décembre et accusé d'espionnage. Certains observateurs estiment que son arrestation est liée à celle de la Russe et que l'Américain pourrait servir de monnaie d'échange. (ats/nxp)

Créé: 21.04.2019, 03h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde