Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 00:03

Pakistan Acquittement de la chrétienne Asia Bibi

Condamnée à mort pour blasphème en 2010, la chrétienne Asia Bibi a été acquittée par la Cour suprême du Pakistan.

L'acquittement d'Asia Bibi pourrait susciter la fureur des milieux religieux fondamentalistes qui appelaient de longue date à son exécution.

L'acquittement d'Asia Bibi pourrait susciter la fureur des milieux religieux fondamentalistes qui appelaient de longue date à son exécution. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour suprême du Pakistan a acquitté mercredi en appel la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010. L'affaire avait suscité l'indignation à l'étranger et des violences dans le pays.

L'annonce du verdict a suscité la fureur des milieux religieux fondamentalistes qui appelaient de longue date à son exécution et provoqué des manifestations dans plusieurs villes du pays.

«Elle a été acquittée de toutes les accusations», a déclaré le juge Saqib Nisar lors de l'énoncé du verdict, ajoutant que Mme Bibi, qui se trouve actuellement incarcérée dans une prison à Multan (centre), allait être libérée «immédiatement». L'avocat de Mme Bibi, Saif-ul-Mulook, a aussitôt appelé sa cliente au téléphone pour lui annoncer la nouvelle depuis le tribunal.

«Quoi? vraiment? Je ne sais pas quoi dire»

«Avez-vous entendu que vous êtes un être humain libre à présent? Vous pouvez prendre votre envol et aller où vous voulez», lui a-t-il dit en présence d'un journaliste de l'AFP.

«Quoi? vraiment? Je ne sais pas quoi dire. J'avais rêvé que les murs de la prison s'effondrent», lui a-t-elle répondu avant de se répandre en remerciements.

En pratique, la libération de Mme Bibi pourrait prendre plusieurs jours en raison de procédures bureaucratiques, a indiqué l'avocat. Mère de plusieurs enfants, elle avait été condamnée à mort en 2010 à la suite d'une dispute avec une musulmane au sujet d'un verre d'eau. Elle a toujours clamé son innocence et ses défenseurs ont souligné que toute l'affaire était née d'un différend personnel.

Elle était devenue la première femme à être condamnée à la peine capitale en vertu de la loi très stricte au Pakistan réprimant le blasphème. Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, où de simples accusations peuvent déclencher des lynchages.

Soutiens assassinés

Le cas d'Asia Bibi a provoqué l'indignation des chrétiens du monde entier et a semé la division au sein de la société pakistanaise, où deux hommes politiques qui avaient pris position en faveur d'Asia Bibi ont été assassinés. Il avait aussi attiré l'attention des papes Benoît XVI et François. En 2015, l'une des filles d'Asia Bibi avait rencontré le pape François.

Pour les fondamentalistes en revanche, «cette décision envers une blasphématrice n'est pas de bon augure pour le pays», selon Maulana Abdul Aziz, imam de la Mosquée rouge, haut lieu de l'islam radical à Islamabad. «C'est une décision extrêmement injuste, cruelle, totalement détestable contre la shariah», a-t-il dit à l'AFP.

Quelques heures après le verdict, des centaines de manifestants ont commencé à se rassembler en différents endroits du pays, bloquant plusieurs artères, brûlant des pneus et criant des slogans hostiles à la justice. Ils étaient environ un millier, armés de bâtons, bloquant un échangeur autoroutier à l'entrée d'Islamabad, a constaté l'AFP.

Dès mercredi matin, la capitale avait été placée sous haute sécurité, avec des barrages sur les routes notamment à proximité des quartiers où vivent les magistrats et la communauté diplomatique, a constaté l'AFP. Certaines écoles ont été fermées.

A Genève, la Commission internationale des juristes a salué la décision de la Cour suprême pakistanaise «malgré les pressions» de certains groupes islamistes. Elle appelle le gouvernement à garantir la sécurité des juges et des avocats pour renforcer l'indépendance de la justice. La Commission a aussi relevé au Pakistan de nombreuses violations du droit à un procès équitable et du droit international dans des cas liés aux mêmes chefs d'accusation qu'Asia Noreen.

(afp/nxp)

Créé: 31.10.2018, 06h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.