Jeudi 28 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:11

France Adolescent tué: cinq mineurs en garde à vue

Suite à la rixe de samedi, à la Seine-Saint-Denis, qui a mené à la mort d'un adolescent de 13 ans, cinq mineurs de 14 à 17 ans ont été placés en garde à vue.

Cinq mineurs sont en garde à vue, soupçonnés d'être impliqués dans la rixe de samedi.

Cinq mineurs sont en garde à vue, soupçonnés d'être impliqués dans la rixe de samedi. Image: Gerard Julien/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinq mineurs âgés de 14 à 17 ans étaient en garde à vue lundi. Ils sont soupçonnés d'être impliqués dans la rixe où un adolescent de 13 ans a été mortellement blessé à coups de barre de fer samedi aux Lilas (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Deux d'entre eux se sont rendus à la police dimanche en fin de journée. Les trois autres ont été interpellés lundi matin, selon cette même source.

Rappel des faits

Dimanche après-midi, un jeune de 13 ans (et non 12 ans comme indiqué dimanche) est mort dans un hôpital parisien où il avait été transporté la veille après avoir été gravement blessé lors d'une bagarre impliquant une vingtaine de jeunes armés de bâtons et de barres de fer aux Lilas, une commune au nord-est de Paris.

Originaire de la ville voisine de Bagnolet, il se plaignait de multiples douleurs sur tout le corps. «Nous n'avons pour l'heure pas identifié le motif de la rixe», a ajouté la source proche de l'enquête. Selon cette dernière, les bandes rivales pourraient en fait être originaires de Bagnolet et d'une autre ville limitrophe, Romainville.

Bandes organisées

Ce décès intervient un mois après la mort d'un autre adolescent, âgé lui de 16 ans, tué de plusieurs balles dans une cité de Saint-Denis, à l'autre extrémité du département. Deux autres personnes avaient été blessées dans cette fusillade qui avait «choqué» cette ville populaire.

Selon le ministère de l'Intérieur, 90 bandes organisées sont répertoriées en France, dont près de la moitié à Paris et dans sa proche banlieue. Entre 2016 et 2017, les événements violents liés à ces bandes ont baissé de 19% à Paris et dans les villes de la petite couronne, relève le ministère. (ats/nxp)

Créé: 15.10.2018, 13h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.