Lundi 25 mars 2019 | Dernière mise à jour 15:32

Présidentielle au Kénya La tension monte après des heurts sanglants

Au lendemain de l'élection, la police a tiré des grenades lacrymogènes sur plusieurs centaines de manifestants dans des fiefs de l'opposition. Quatre personnes ont été tuées.

L'opposition crie à la fraude (Video: AFP )

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quatre personnes ont été tuées mercredi au Kenya dans deux incidents séparés. Ceux-ci ont eu lieu après le rejet par l'opposant Raila Odinga des résultats provisoires de la présidentielle donnant le sortant Uhuru Kenyatta largement en tête.

Au lendemain de l'élection, la police a tiré des grenades lacrymogènes sur plusieurs centaines de manifestants dans des fiefs de l'opposition coutumiers de ce genre d'échauffourées en période électorale, notamment à Kisumu (ouest).

Dans cette ville, des centaines de partisans de Raila Odinga ont érigé des barricades et brûlé des pneus. «Si Raila n'est pas président, nous ne pouvons pas avoir la paix», a vitupéré l'un d'eux.

Tirs à balles réelles

Dans le bidonville de Mathare, à Nairobi, la police a aussi tiré à balles réelles, tuant au moins deux personnes.

Le chef de la police a assuré qu'ils avaient tenté d'attaquer des policiers «avec des machettes». Une source policière requérant l'anonymat a dit qu'ils faisaient partie d'un groupe venu manifester, au sein duquel se seraient trouvés des voleurs profitant du chaos.

Dans le comté de Tana River (sud-est), des hommes armés de couteaux ont attaqué un bureau de vote où le comptage était encore en cours. Deux d'entre eux ont été tués par la police. «Nous n'avons pas encore établi le mobile», a déclaré Larry Kieng, chef régional de la police, interrogé sur une possible attaque des islamistes somaliens shebab, très actifs dans la zone.

54,31% des voix pour Kenyatta

La Commission électorale (IEBC) a publié en soirée les résultats transmis électroniquement par près de 97% des bureaux de vote, créditant le président sortant Uhuru Kenyatta de 54,31% des suffrages contre 44,81% pour Raila Odinga, sur un total de 14,7 millions de votes comptabilisés.

Ces résultats provisoires doivent encore être validés sur la foi des procès-verbaux des bureaux de vote, dont la collecte pourrait prendre plusieurs jours.

«Fraude monumentale»

«Il s'agit d'une fraude d'une gravité monumentale, il n'y a pas eu d'élection», a réagi Raila Odinga. Ces accusations, combinées aux manifestations, font ressurgir le spectre des violences de la présidentielle de 2007.

Selon le rival de M. Kenyatta, des pirates informatiques ont «manipulé» le scrutin à l'avantage du président sortant en prenant le contrôle du système de comptage des voix grâce aux codes d'accès d'un responsable informatique de la Commission électorale assassiné un peu plus d'une semaine auparavant.

«Système sécurisé»

Ces allégations ont cependant été démenties en soirée par l'IEBC. «Notre système de gestion des élections est sécurisé. Il n'y a eu aucune interférence interne ou externe», a affirmé Ezra Chiloba, le directeur exécutif de la commission.

Raila Odinga a également appelé les Kényans au calme avant toutefois d'ajouter: «Je ne contrôle pas le peuple».

Appels au calme

Les missions d'observation internationales, dont celles de l'UE et de l'Union africaine, ont appelé dans un communiqué commun «tous les citoyens kényans à rester engagés envers la paix et l'intégrité du processus électoral».

Candidat pour la quatrième fois à la présidentielle, Raila Odinga avait crié à la fraude en 2007 à l'annonce de la réélection du président Mwai Kibaki. Le Kenya avait alors plongé dans deux mois de violences ayant fait 1100 morts. En 2013, il avait également contesté le résultat, finalement validé par la Cour suprême.

Appartenance ethnique

En amont du scrutin, de nombreux observateurs avaient exprimé leur crainte de troubles à l'annonce des résultats. Les opérations de vote s'étaient pourtant déroulées sans encombre mardi. Surtout, le système d'identification biométrique des électeurs a semble-t-il fonctionné normalement, contrairement à quatre ans plus tôt.

Les quelque 19,6 millions d'électeurs Kényans devaient aussi élire leurs députés, gouverneurs, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l'Assemblée. Le vote au Kenya se joue plus sur des sentiments d'appartenance ethnique que sur des programmes, et MM. Kenyatta (un Kikuyu) et Odinga (un Luo) avaient mis sur pied deux puissantes alliances électorales.

(AFP/nxp)

Créé: 09.08.2017, 13h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.