Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 14:08

Egypte La direction des Frères musulmans décapitée

Le nouveau pouvoir égyptien a arrêté mardi le guide suprême des Frères musulmans, un rude coup pour la confrérie qui soutient le président déchu Mohamed Morsi.

Les télévisions locales ont montré en boucle les images de Mohamed Badie, prostré, habillé d'une simple djellaba.


Galerie photo

En Egypte, les images des heurts entre l'armée et les pro-Morsi (août-octobre 2013)

En Egypte, les images des heurts entre l'armée et les pro-Morsi (août-octobre 2013) De la répression des manifestants favorables à Mohamed Morsi à la destitution par l'armée du président égyptien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pouvoir installé par l’armée en Egypte, engagé dans une féroce répression contre les Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi, a porté un rude coup mardi à la confrérie. Il a en effet arrêté son Guide suprême, aussitôt remplacé.

L’arrestation de Mohamed Badie est le dernier d’une série de revers infligés par les autorités au mouvement islamiste engagé depuis six jours dans une épreuve de force extrêmement sanglante avec les forces de l’ordre. Elle a fait près de 900 morts, en majorité des manifestants pro-Morsi, et abouti à l’arrestation de centaines d’entre eux.

Après l’arrestation de M. Badie, placé en détention préventive pour une durée de 15 jours, les Frères ont aussitôt nommé Mahmoud Ezzat Guide par intérim. Ce dernier «a la réputation d’être un faucon», note Karim Bitar, directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

L’un des dirigeants de la coalition pro-Morsi a affirmé qu’une «énorme manifestation» était prévue vendredi pour poursuivre la mobilisation contre la destitution et la détention le 3 juillet par l’armée de M. Morsi.

Ces derniers jours, les islamistes ne sont toutefois pas parvenus à réunir les cortèges de manifestants qu’ils appellent à manifester quotidiennement.

Jugés pour «incitation au meurtre»

Mais les images diffusées en boucle par les télévisions locales, acquises à la cause de l’armée et vantant la méthode forte contre le «terrorisme des Frères musulmans», montrant M. Badie, l’air prostré, habillé d’une simple gellabiya, la longue tunique traditionnelle, pourraient attiser la colère de ses partisans.

M. Badie, 70 ans, a été arrêté avant l’aube dans un appartement de la capitale puis transféré à la prison de Tora au Caire, où se trouvent ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, avec lesquels il sera jugé dimanche pour «incitation au meurtre» de manifestants anti-Morsi.

C’est dans cette prison qu’est aussi détenu Hosni Moubarak, le président chassé du pouvoir par une révolte populaire début 2011.

Nouveau chef d’accusation

Depuis le début des manifestations pro-Morsi, des milliers de responsables des Frères musulmans ont été arrêtés, dont le chef de leur parti politique et ex-président du Parlement Saad al-Katatni.

Quant à M. Morsi, qui était accusé par ses détracteurs et des millions de manifestants fin juin d’accaparer le pouvoir et d’avoir achevé de ruiner une économie déjà exsangue, il est sous le coup d’un nouveau chef d’accusation: «complicité de meurtre et de torture» de manifestants.

Menace de clandestinité

Rien ne semble arrêter l’armée dans sa répression des Frères musulmans qui avaient remporté coup sur coup depuis 2011 les premières législatives puis présidentielles libres du pays. Cela fait planer la menace d’un nouveau passage des islamistes dans la clandestinité et la radicalisation de certains comme lors des années 1990 émaillées d’attentats sanglants.

Malgré le tollé déclenché parmi la communauté internationale, le chef de l’armée et nouvel homme fort de l’Egypte, le général Abdel Fatah al-Sissi, a martelé dimanche que son pays ne plierait pas devant les «terroristes».

Dénonciations internationales

L’ONG Amnesty International a dénoncé un «carnage total» et dénoncé «l’inefficacité» de la communauté internationale, tandis que le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme a dit vouloir déployer des observateurs pour évaluer la situation sur le terrain.

Les pays de l’Union européenne, qui se sont dits prêts à «réexaminer» leurs relations avec Le Caire, tiennent mercredi une réunion ministérielle. Les Etats-Unis, qui ont dit continuer à examiner leur aide annuelle à l’Egypte (1,5 milliard de dollars), ont admis que leur capacité d’influence y était «limitée».

L’Arabie saoudite, qui soutient le nouveau pouvoir, a assuré que les pays arabes étaient prêts à compenser toute baisse de l’aide occidentale à ce pays, et le Qatar, pourtant soutien de M. Morsi, a envoyé une deuxième cargaison gratuite de gaz naturel liquéfié. (afp/nxp)

Créé: 20.08.2013, 12h58

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.