Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:21

Egypte Un mort dans des violences au Caire après les funérailles de Coptes

De nouveaux heurts ont éclaté dimanche dans le centre du Caire entre musulmans et chrétiens coptes, faisant au moins un mort et 66 blessés. Le président Morsi dénonce ces violences et ordonne une enquête.

Les heurts ont suivi les funérailles de quatre Coptes tués dans des violences confessionnelles cette semaine.

Les heurts ont suivi les funérailles de quatre Coptes tués dans des violences confessionnelles cette semaine. Image: Keystone

Morsi dénonce les violences

Le président égyptien, l’islamiste Mohamed Morsi, a condamné dimanche les violences contre les Coptes devant la cathédrale Saint-Marc du Caire et ordonné une enquête sur ces affrontements qui ont fait un mort.

"Je considère toute attaque contre la cathédrale comme une agression contre moi-même", a déclaré le président Morsi dans un communiqué, en annonçant avoir ordonné "une enquête immédiate" sur ces violences.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une personne a été tuée dimanche devant la cathédrale Saint-Marc du Caire dans les violences qui ont suivi les funérailles de quatre Coptes (chrétiens d’Egypte). Des slogans contre le président islamiste Mohamed Morsi ont été lancés lors de ces heurts.

La police anti-émeutes a tiré des grenades lacrymogènes sur la cathédrale, ont rapporté des journalistes de l’AFP. Des civils, en majorité des habitants du quartier, étaient postés derrière les policiers et échangeaient pierres, bouteilles et bombes incendiaires avec des jeunes positionnés sur le toit de bâtiments situés dans l’enceinte de la cathédrale.

Une personne a été tuée par des tirs de chevrotine au visage pendant ces heurts, qui ont suivi les funérailles de quatre Coptes tués dans des violences confessionnelles cette semaine, a indiqué Mohammed Soltane, le chef des services de secours.

Slogans anti-islamistes

Des milliers de personnes s’étaient pressées plus tôt dans la cathédrale pour les funérailles. «Pendant les obsèques, à l’intérieur de la cathédrale, on a scandé ’A bas le pouvoir du Guide’ (des Frères musulmans, ndlr) et ça a été retransmis en direct à la télévision. A la sortie, les gens étaient prêts et nous attendaient», a déclaré Hani Sobhi, un jeune Copte.

«Nous sortions de la cathédrale avec les dépouilles et nous avions l’intention de nous diriger vers (le palais présidentiel d’) al-Ittihadiya. Il y a eu des altercations avec la police, les habitants du quartier étaient hostiles et se sont mis du côté des policiers. Ils couraient après les chrétiens», a renchéri un autre copte, Sami Adli.

Plusieurs témoins ont indiqué que le cortège funèbre avait été attaqué peu après sa sortie de l’église, alors que fusaient des slogans contre le pouvoir islamiste. Dans la soirée, malgré la persistance des gaz lacrymogènes, des dizaines de personnes, dont des musulmans, étaient rassemblées devant la porte arrière de la cathédrale «par solidarité et pour aider».

Affrontements à Al-Khoussous

Le ministère de l’Intérieur a affirmé de son côté dans un communiqué que des participants aux funérailles avaient endommagé des voitures à leur sortie, «ce qui a provoqué des heurts avec les résidents du quartier».

De nouveaux affrontements entre musulmans et chrétiens ont aussi éclaté dimanche à Al-Khoussous, une ville déshéritée au nord du Caire, où des violences confessionnelles avaient fait cinq morts il y a deux jours, a indiqué un responsable de la police.

Des affrontements surviennent régulièrement entre musulmans et coptes - la plus grande communauté chrétienne du Moyen-Orient, qui représente 6 à 10% des 84 millions d’Egyptiens. Depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en février 2011, ces heurts ont tué une cinquantaine de chrétiens et plusieurs musulmans. (afp/nxp)

Créé: 07.04.2013, 22h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.