Mardi 26 septembre 2017 | Dernière mise à jour 21:34

Cameroun Boko Haram enlève 20 personnes et en tue 12

Vingt Camerounais passagers d'un bus ont été enlevés dimanche par des combattants du groupe islamiste nigérian Boko Haram. Douze d'entre eux ont été tués.

L'armée tchadienne a lancé le 3 février une grande offensive terrestre au Nigeria à partir du Cameroun. Ci-dessous, des militants de Boko Haram dans une de leurs vidéos de propagande.

L'armée tchadienne a lancé le 3 février une grande offensive terrestre au Nigeria à partir du Cameroun. Ci-dessous, des militants de Boko Haram dans une de leurs vidéos de propagande. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vingt Camerounais passagers d'un bus ont été enlevés dimanche dans l'Extrême-nord du Cameroun par des combattants du groupe islamiste nigérian Boko Haram, qui ont ensuite exécuté 12 d'entre eux, selon des témoignages concordants recueillis lundi 9 février par l'AFP.

«Boko Haram a enlevé 20 personnes dimanche. Ils ont tué 12 personnes» parmi elles, a affirmé le responsable d'une ONG locale, Mey Ali, joint par téléphone. «Ma femme se trouvait parmi les personnes enlevées. Elle et quatre autres femmes ont été relâchées (peu après le rapt). Ils ont tué 12 hommes», a confirmé sous couvert d'anonymat un habitant de la région.

«Nous avons appris que trois autres femmes avec qui ils (les islamistes) sont allés au Nigeria ont été aussi libérées» par la suite, portant le nombre de personnes libérées à huit, a-t-il ajouté.

«De simples citoyens»

Selon une source sécuritaire en poste dans la région, les voyageurs kidnappés se trouvaient à bord d'un autocar lorsque celui-ci a été intercepté par des «terroristes armés de Boko Haram».

«Le car venait de Koza et se rendait à Mora», deux villes de l'Extrême-nord situées à quelques dizaines de kilomètres l'une de l'autre, près de la frontière nigériane, a précisé la source sécuritaire.

«De simples citoyens sont régulièrement enlevés dans la région sans que cela n'émeuve personne», selon la même source. «Certains sont souvent libérés lorsque leurs familles négocient, (alors que) d'autres sont tués».

Depuis des mois, Boko Haram multiplie les attaques contre des cibles civiles et militaires dans l'Extrême-nord du Cameroun. Une cinquantaine de militaires camerounais ont déjà perdu la vie dans cette région depuis le début des attaques au mois de juillet.

Offensive terrestre au Nigeria

L'armée tchadienne a lancé le 3 février une grande offensive terrestre au Nigeria à partir du Cameroun, reprenant aux islamistes la localité nigériane frontalière de Gamboru, après de durs combats.

Le lendemain, le groupe islamiste a opéré une contre-attaque à Fotokol, la ville camerounaise faisant face à Gamboru, de l'autre côté de la rivière, tuant 81 civils, 13 militaires tchadiens et six soldats camerounais, selon le ministre camerounais de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo'o.

D'autres sources camerounaises évoquent un bilan beaucoup plus lourd chez les civils. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2015, 22h27


Sondage

"Back to School", "Sale", etc.: l'anglais utilisé dans les magasins romands vous choque-t-il?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.